Sesto Quatrini

Direction musicale

 

Né à Rome en 1984, Sesto Quatrini est titulaire d'un Mastère en direction d'orchestre, composition et trompette du Conservatoire de Musique de L'Aquila et il s'est perfectionné dans l'art de la direction à la Civica Scuola di Musica « Claudio Abbado » de Milan.
Il est actuellement le Directeur Artistique de l'Opéra national de Lituanie à Vilnius (LNOBT).
De 2015 à 2016, il a été l'assistant chef et chef remplaçant du Maestro Fabio Luisi à la fois au Metropolitan Opera de New York et au nouveau Festival della Valle d'Itria de Martina Franca où, juillet 2017, il a fait ses débuts italiens à l'opéra dans une nouvelle production d'Un giorno di regno de Verdi.
Sesto Quatrini a fondé deux compagnies d'opéra, Les Voix Concertantes à Paris et Bare Opera à New York. Il y a monté La Traviata, Rigoletto, L'Elixir d'amour et L'Enfant et les Sortilèges (Ravel), L'Enfant Prodigue (Debussy), Goyescas (Granados), La Cambiale di matrimonio (Rossini) et Figaro&Figaro (une fusion dramaturgique et musicale des Noces de Figaro et du Barbier de Séville).
Il a dirigé de nombreux orchestres, parmi lesquels l'Orchestre national de Danemark, l'Orchestre de Lituanie, le Philharmonique National de Russie, le Symphonique de Saint-Étienne, l'Orchestre de la Radio de Hongrie, le Philharmonique de la Méditerranée, l'Orchestre Haydn de Bolzano, le Philharmonique « Arturo Toscanini » de Parme, l'Orchestre de l'Académie du Teatro alla Scala, les Pomeriggi Musicali et l'Orchestre La Verdi de Milan, l'Orchestre du Teatro Regio de Turin, l'Orchestre des Arènes de Vérone, l'Orchestre du Lirico de Cagliari... et il a collaboré avec des solistes tels qu'Elina Garanca, Sondra Radvanovsky, Matthew Polenzani, Mariusz Kwiecen, Roberto Alagna, Olga Peretyatko, Kristine Opolais, Markus Werba...
Parmi ses engagements récents, I Capuleti e i Montecchi à Vilnius, Les Noces de Figaro à Vérone, Giulietta e Romeo de Vaccai au Festival della Valle d'Itria, L'Elixir d'amour, La Traviata et Le Barbier de Séville à La Fenice de Venice, La Bohème, Le Barbier de Séville et Capuleti ainsi qu'un Gala lyrico-symphonique à Vilnius, Tosca au Teatro Municipale de Piacenza, Francesca da Rimini de Mercadante à Tokyo pour l'Opera Foundation du Japon avec l'Orchestre philharmonique de Tokyo, La gazza ladra au Teatro São Carlos de Lisbonne, Otello à l'Opéra de Francfort, L'Elisir d'amour au Tiroler Festspiele d'Erl, Anna Bolena à Vilnius, La Sonnambula au Deutsche Oper de Berlin, Don Pasquale à Zurich, Norma à Bruxelles, Don Carlo à Las Palmas de Gran Canaria... Il a dirigé de nombreux concerts et galas également, à Portorico, à l'Alte Oper de Francfort, à l'Opéra de Riga, à La Fenice, au Philharmonique de Vérone, le concert du Nouvel An à Riga etc.

 

 

 

 

Arnaud Bernard

Mise en scène

 

Arnaud Bernard est né le 4 octobre 1966 à Strasbourg.

Il commence le violon à l'âge de 6 ans puis poursuit ses études musicales au Conservatoire de Strasbourg (violon, orchestre, solfège, analyse, musique de chambre…) et à l'Orchestre philharmonique de Strasbourg (1986-1987) dans le but d'aborder plus tard la mise en scène d'Opéra.

En 1988, il arrête le violon et devient assistant à la mise en scène. Il travaille alors en France et en Allemagne avec Nicolas Joel et Jean-claude Auvray.

En 1989, il est engagé au Théâtre du Capitole de Toulouse en tant que régisseur de scène et assistant à la mise en scène. En plus de ses fonctions au Théâtre du Capitole, il exerce ses activités en tant qu'assistant, tant en France  (Opéra de Nancy, Lyon, Strasbourg, Nice, Paris, Marseille, Montpellier, Bordeaux...) qu'à l'étranger (Allemagne, Belgique, Angleterre, Argentine, Monte-Carlo, États-Unis, Italie, Espagne, Portugal, Suisse, Japon, Chine).

A partir de 1989, il est l'assistant de Nicolas Joel, et a ainsi eu l'occasion de travailler avec lui sur les scènes les plus prestigieuses. Il a ainsi réalisé et signé plus de vingt reprises de ses productions, notamment par deux fois Roméo et Juliette à Covent Garden et Werther au Teatro Real de Madrid mais aussi à Liège, Tosca et Eugène Onéguine à Bordeaux, La Bohème et Onéguine à Nice, Carmen et Rigoletto à Montpellier, Rigoletto et Onéguine à Anvers, Roméo à Marseille, Tosca à Turin, Hamlet à Gênes, Rigoletto...

Il a signé sa première mise en scène personnelle avec Il Trovatore de Verdi au Théâtre du Capitole en 1995.

Il a fait ses débuts américains à l'âge de 29 ans, en mettant en scène Falstaff au Festival de Spoleto (Charleston), production qui a recueilli beaucoup de succès et d'excellentes critiques dans la presse new-yorkaise.
De 1996 à 1998, il est metteur en scène associé et directeur de production au Thépatre du Capitole, poste qu'il a quitté pour se consacrer à la mise en scène.
Entre 1998 et 2003, il a mis en scène une nouvelle production du Barbier de Séville pour le Théâtre du Capitole, signé la mise en scène de Roméo et Juliette à l'Opéra de Chicago, une nouvelle production de L'Elixir d'amour au Théâtre du Capitole pour les débuts de Marcelo Alvarez dans le rôle de Nemorino. Puis Il Trittico de Puccini pour l'Opéra de Nantes, Les Huguenots de Meyerbeer au Festival de Martina Franca, une nouvelle production de Lakmé pour le Teatro Massimo de Palerme, Roméo et Juliette à Tokyo, Werther à Martina Franca, Les Joyeuses Commères de Windsor à Nantes... En 2004, il crée une nouvelle production de Luisa Miller pour le Nationale ReiseOpera en Hollande, L'Elixir à Saint-Étienne, et Le Roi de Lahore à Venise – deuxième spectacle de réouverture de la Fenice après son spectaculaire incendie. En 2005, il met en scène La Bohème aux Arènes de Vérone qui a obtenu un succès retentissant et sera repris à l'été 2007 et 2011, puis Rigoletto à Lausanne, et L'Elixir d'amour à Toulouse. Plus récemment, il a notamment mis en scène Luisa Miller à la Fenice, La Traviata à Prague et à Tokyo, Rigoletto à Marseille et à Nantes et il a ouvert la saison du San Carlo de Naples avec Falstaff (dir. Jeffrey Tate). Il a repris sa Lakmé à Tokyo, Cavalleria  rusticana à Saint-Gall, Carmen à l'Opéra d'Helsinki, Il Trittico à Zagreb, La Dame de Pique pour le Capitole de Toulouse, Carmen et La Traviata à Lausanne, Carmen à Bilbao, Thaïs au Megaron d'Athènes, Carmen à Vilnius, Falstaff et La Bohème à Zagreb, La Juive à Saint-Pétersbourg, Falstaff à Bilbao, La Flûte enchantée à Athènes (Greek National Opera), Roméo et Juliette pour Lausanne, La Bohème à Saint-Pétersbourg, Tosca à l'Opéra de Rome, Otello au Bolshoï, Roméo et Juliette à Marseille et Bilbao, Rigoletto à Vérone, Falstaff à Lausanne, Madame Butterfly au Teatro delle Muse à Ancone, Rigoletto au San Carlo de Naples, Falstaff à Budapest, I capuleti e i Montecchi à Oslo et Vérone, La Bohème à São Paulo, Roméo et Juliette à Hong-Kong...
Parmi ses récentes productions : I Capuleti e i Montecchi à La Fenice, à Athènes et au Teatro São Carlos de Lisbonne, Manon à Lausanne, Monte-Carlo et Bilbao, Tosca à Prague et Oviedo, Nabucco aux Arènes de Vérone (repris au festival 2018), Rigoletto au Teatro Petruzzelli à Bari, Simon Boccanegra pour Lausanne et Bari, La Dame de Pique pour l'Opéra d'Oslo, Les Vêpres siciliennes et La Fanciulla del West pour le Théâtre Mariinsky (dir. V. Gergiev). Il prépare également Andrea Chénier pour le Théâtre Mariinsky (dir. V. Gergiev), la reprise de Nabucco aux Arènes de Vérone, le Ring au Teatro Colón de Buenos-Aires…

 

 

 

Patrick Méeüs

Lumières

 

Patrick Méeüs commence sa carrière dans le monde de la danse, mettant en lumière plus de 120 chorégraphies. Depuis 1992, il signe également les éclairages de pièces de théâtre et d'opéras. Il conçoit ainsi les lumières pour des pièces de Shakespeare, Molière, Sophocle, Corneille, Racine. Il a récemment travaillé sur un grand nombre de productions d'opéras :  Rusalka, Werther, Pelléas et Mélisande, Tosca, Carmen, La Traviata, Rigoletto, Roméo et Juliette, Aida, Boris Godounov, dans les théâtres de Toulouse, Marseille, Monte-Carlo, Lausanne, Metz, Séoul, Rome, Ancone, Liège, Naples, Pékin, Bordeaux, Strasbourg, Hong Kong, Monaco, New York, Bilbao, Oviedo, Tel Aviv, Buenos Aires, Chorégies d'Orange, Paris, Oslo, Helsinki…
Il a récemment travaillé sur les productions de La Dame de Pique à Oslo, Werther à Tel Aviv, Faust pour le Ballet Nice Méditerranée, Tosca à l'Opéra de Metz, Turandot et Amélia va au bal à l'Opéra de Toulon, Carmen à l'Opéra de Metz, Rigoletto aux Opéras de Metz et de Reims, Don Quichotte à l'Opéra de Saint-Etienne...
Pour le Théâtre du Capitole, il a éclairé les productions de L'Elixir d'amour, La Dame de Pique, La Belle Hélène, L'Enfant et les sortilèges.
Sa collaboration avec Arnaud Bernard l'a conduit à éclairer Il Trittico, Roméo et Juliette, Falstaff, Carmen, La Traviata, La Dame de Pique, Simon Boccanegra, Rigoletto, Manon Lescaut, Le Marchand de Venise.

 

 

 

 

Otar Jorjikia

Ténor

 

Le ténor géorgien Otar Jorjikia est lauréat de nombreux prix internationaux, et Premier Prix au Concours Galina Vishnevskaya en 2016. Depuis la fin de ses études au Conservatoire national de Tbilisi (2013), Otar Jorjikia a fait ses débuts dans divers grands opéras européens : Opernhaus de Zurich, Théâtre du Capitole, Opéra national de Pologne, Opéra national de Lituanie, Opera Australia... Otar est très régulièrement demandé  au Théâtre du Bolchoï et au Mariinsky.
Durant la saison 2019/20, Otar Jorjikia revient au Théâtre du Capitole de Toulouse pour Nemorino, il retourne au Mariinsky dans le rôle de Gabriele Adorno (Simon Boccanegra) et de Riccardo (Un bal masqué), à l'Opera Australia pour Don José (Carmen), et l'Opernhaus de Zurich en Ismaele (Nabucco). On a récemment pu l'entendre en Pinkerton (Madama Butterfly) dans une nouvelle production du Théâtre de Bâle, Gabriele Adorno (Simon Boccanegra) avec le Mariinsky au Festspielhaus de Baden-Baden aux côtés de Placido Domingo et dirigé par le Maestro Gergiev, au  Teatro delle Muse d'Ancone et au Teatro Regio de Parme (Simon Boccanegra). Otar Jorjikia est régulièrement invité par le Mariinsky sur la recommandation de Valery Gergiev (pour chanter par exemple Riccardo dans Un bal masqué), Foresto (Attila) et Gabriele Adorno (Simon Boccanegra) et au Bolchoï (dir. Tugan Sokhiev) en Alfredo de La Traviata et Don José dans Carmen. Ici même on a pu l'admirer en Macduff (Macbeth), et à l'Opera Australia en Don José (Carmen), et même à l'Opéra national de Pologne le Duc dans Rigoletto).
En concert, Otar Jorjikia a chanté le Requiem de Verdi (dir. Fabio Luisi, Valery Gergiev, Karina Canellakis, Daniel Oren et Markus Poschner l'Orchestre della Svizzera Italiana, Lugano. Otar Jorjikia a aussi interprété la Symphonie n°9 de Beethoven avec l'Orchestre national de Lyon (dir. Alan Gilbert).
Le répertoire d'Otar Jorjikia comprend le Duc dans Rigoletto, Gustavo dans Un bal masqué, Don Alvaro dans La Force du Destin, Alfredo dans La Traviata, Rodolfo dans La Bohème, Lensky dans Eugène Onégine, Don José dans Carmen, Edgardo dans Lucia di Lammermoor, Cavaradossi dans  Tosca, Pinkerton dans Madama Butterfly, Gabriele Adorno dans Simon Boccanegra et Foresto dans Attila.
Parmi les moments forts de sa jeune carrière, signalons ses débuts au Bolchoï, ses débuts au Bolchoi (La Traviata dir. Tugan Sokhiev), Simon Boccanegra au Mariinsky aux côtés de Placido Domingo sur l'invitation de Valery Gergiev, Gustavo III dans Un bal masqué à l'Opernhaus de Zurich aux côtés de Sondra Radvanovsky et George Petean sous la baguette de Fabio Luisi.
Otar Jorjikia fut membre du prestigieux Opera Studio de l'Opernhaus de Zurich.

 

 

 

 

Kevin Amiel

Ténor

 

Kévin Amiel est l'un des ténors les plus en vue de la jeune génération.
Lauréat de nombreux concours de chant (Voix Nouvelles 2018, Vienne 2019, Opéra de Marseille, Marmande, Béziers...), révélation classique de l'ADAMI en 2011 et prix de l'AROP en 2013, il a par ailleurs été membre de l'Atelier Lyrique de l'Opéra national de Paris entre 2011 et 2014, débutant à cette période sur la grande scène, dans les rôles d'Isepo (La Gioconda ), Gastone (La Traviata), Un Officier (Ariane à Naxos) et Coryphée (Alceste) sous la direction de Marc Minkowski.

Sa carrière l'a déjà vu incarner les rôles d'Alfredo (La Traviata) au Théâtre du Capitole, Rodolphe dans une adaptation française de La Bohème de Puccini par Marc-Olivier Dupin à l'Opéra Comique, le rôle-titre des Contes d'Hoffmann dans une version adaptée de l'œuvre pour l'Opéra de Dijon, Flavio (Norma) à l'Opéra de Rouen, l'Opéra de Mascate (Oman) et l'Opéra de Saint-Étienne, Malcolm (Macbeth) aux Opéras d'Avignon, de Limoges et de Reims, Siebel (Faust) et le Gouverneur/le Juge/le Grand Inquisiteur (Candide) à l'Opéra de Marseille, le Jeune Homme (The Saint of Bleecker Street) et Le Fossoyeur (Hamlet) à l'Opéra de Marseille, le Reporter (L'Hirondelle inattendue de Simon Laks), La Théière, le Petit Vieillard, la Rainette et l'Arithmétique (L'Enfant et les Sortilèges), Vanderprout le Bourguemestre (Geneviève de Brabant), Gherardo (Gianni Schicchi) et Il Commendatore (La Nuit d'un neurasthénique) à l'Opéra national de Montpellier, Sir Hervey (Anna Bolena) à l'Opéra national de Bordeaux, Gastone (La Traviata) à l'Opéra de Toulon, ou encore Pâris (La Belle Hélène), Fritz (La Grande Duchesse de Gerolstein) et Griolet (La Fille du Tambour-major) au Théâtre de l'Odéon de Marseille.

Cette saison, il chante Nadir (Les Pêcheurs de Perles) au Teatro Regio de Turin, Fenton (Falstaff) à l'Opéra de Lille, Itulbo (Il Pirata) avec l'Orchestre de l'Opéra de Paris, Tybalt (Roméo et Juliette) et le Requiem de Mozart avec l'Orchestre national de Montpellier, ou encore Malcolm (Macbeth) à l'Opéra de Massy et de nombreux concerts.

 

 

 

 

Vannina Santoni

Soprano

 

Considérée comme l'une des meilleures artistes de sa génération, Vannina Santoni débute en interprétant le rôle de Donna Anna (Don Giovanni) en Italie, puis à l'Opéra Royal de Versailles. Rapidement remarquée, tant pour ses exceptionnelles qualités vocales que son talent de comédienne, elle est invitée sur les scènes françaises (Opéra national de Paris, Théâtre des Champs-Élysées, Cité de la Musique, Capitole de Toulouse, Grand Théâtre de Tours, Opéra Royal de Versailles, Festival d'Antibes, Opéra national de Lorraine...) et internationales (Konzerthaus de Vienne, Opéra de Monte-Carlo, Teatro Manoel de Malte, Opera de Cologne, Centre Culturel de Hong Kong...). Elle a notamment interprété Leïla (Les Pêcheurs de Perles), Juliette (Roméo et Juliette) à Massy, Fiordiligi (Così fan tutte), Micaëla (Carmen), la Contesse Almaviva (Les Noces de Figaro), Adina (L'Elixir d'amour), Suor Angelica et Lauretta (Il Trittico), et Patricia Baer lors de la création mondiale des Pigeons d'Argile de Philippe Hurel au Capitole de Toulouse.
Elle fait ses débuts dans le rôle-titre de Manon à l'Opéra de Monte-Carlo, aborde les rôles de la Princesse Saamcheddine (Mârouf) à l'Opéra de Bordeaux et l'Opéra-Comique, Juliette (Roméo et Juliette) à l'Opéra de Nice, Agnès (La Nonne sanglante) à l'Opéra Comique.
La saison dernière, invitée par le Théâtre des Champs-Élysées, Vannina Santoni y interprète le rôle de Violetta (Traviata), prise de rôle unanimement saluée par la critique, avant de chanter Nannetta (Falstaff) à l'Opéra de Monte-Carlo, puis Juliette (Roméo et Juliette) à Lisbonne. C'est également avec un très grand succès qu'elle a incarné pour la première fois Pamina (La Flûte enchantée) à l'Opéra national de Paris.
Elle vient d'interpréter le rôle d'Antonia (Les Contes d'Hoffmann) à l'Opéra de Lausanne, de remporter un grand succès au Théâtre des Champs-Élysées dans le rôle de la Contesse (Les Noces de Figaro) au Théâtre des Champs-Élysées et de chanter le rôle de Juliette (Roméo et Juliette) à la Scala de Milan.
En concert, elle interprète, entre autres, Un Requiem allemand de Brahms, le Requiem de Verdi (au Théâtre des Champs-Élysées), Les Vêpres solennelles d'un confesseur, la Messe en Ut de Mozart, la Messe en sol de Schubert…
Parmi ses prochains engagements, Juliette (Roméo et Juliette) en version de concert à l'Opéra de Montpellier et au Théâtre des Champs-Élysées, Violetta (La Traviata) à l'Opéra de Saint-Étienne, le rôle-titre de Manon à l'Opéra de Zurich, Dona Musica (création du Soulier de Satin de Marc-Antoine Dalbavie) à l'Opéra national de Paris, Fiordiligi (Così fan tutte) et Tatiana (Eugène Onéguine) au Théâtre des Champs-Élysées…

 

 

 

 

Gabrielle Philiponet

Soprano

 

Née à Albi, Gabrielle Philiponet étudie la flûte traversière avant de se tourner vers le chant. Son professeur de chant est Daniel Ottevaere. Elle passe par l'Opéra Studio de la Chapelle Musicale Reine Elisabeth à Bruxelles et se distingue au prestigieux Concours Reine Elisabeth. Elle s'est produite sur presque toutes les scènes lyriques françaises ainsi qu'au Grand Théâtre de Luxembourg et au Théâtre Royal de la Monnaie à Bruxelles.

Ces dernières années, elle a été Donna Anna (Don Giovanni) à Angers-Nantes Opéra, Fiordiligi (Così fan tutte) à l'Opéra de Rouen, Lisa (Le Pays du sourire) à l'Opéra de Tours, Frasquita (Carmen) au Festival d'Aix-en-Provence, au Bayerische Staatsoper de Munich et à l'Opéra national de Paris, Mimi (La Bohème) en tournée en Espagne, Musetta (La Bohème) et Micaëla (Carmen) à l'Opéra de Metz et à l'Opéra de Massy, Adina (L'Elixir d'amour) et Leïla (Les Pêcheurs de perles) à l'Opéra de Nice, Marguerite (Faust) à l'Opéra de Saint-Étienne ainsi que Violetta (La Traviata) à l'Opéra de la Nouvelle-Orléans, pour ses débuts aux États-Unis. Elle retourne aux États-Unis en 2017 pour une production du Temple de la gloire de Rameau à San Francisco. Au cours de la saison 2019/20, elle est Leila (Les Pêcheurs de perles) et Alice (Falstaff) à l'Opéra de Lille ainsi qu'Adina (L'Elixir d'amour) pour ses débuts au Théâtre du Capitole.

Sa discographie comprend Scènes de Chasse de René Koering (Une Amazone) chez Universal Music, Sémiramis de Catel (Azéma) chez Glossa, Un Mari à la porte (Rosita) d'Offenbach avec le l'Orchestre philharmonique de Liverpool, une compilation d'œuvres de Max d'Ollone, Dimitri de Victorin Joncières et Adrien d'Etienne-Nicolas Méhul dans le cadre des publications du Centre de Musique Romantique française – Palazzetto Bru Zane. Paru en 2018 dans la collection « Prix de Rome » du Palazzetto Bru Zane, elle a participé à un enregistrement de cantates et de musique sacrée de Charles Gounod dans le cadre des célébrations du bicentenaire de sa naissance, avec le Philharmonique de Bruxelles et le Chœur de la Radio de Flandre (dir. Hervé Niquet).

 

 

 

 

Sergio Vitale

Baryton

 

Sergio Vitale commence l'étude du chant avec le Maestro Luigi Giordano Orsini, se perfectionnant à l'Opéra Studio de l'Académie nationale Sainte Cécile de Rome sous la houlette de Renata Scotto et à l'Académie Chigiana avec Renato Bruson. Actuellement, il se perfectionne avec Anna Vandi. Il a remporté le Premier Prix du 64e Concours « Communauté européenne » du Teatro Lirico Sperimentale de Spoleto, et le Premier Prix du 14e Concours de chant « Mattia Battistini » de Rieti.

Il a débuté dans le rôle de Figaro du Barbier de Séville (Rossini) au Teatro di San Carlo de Naples sous la baguette de Bruno Campanella. Il a ensuite été Don Giovanni (rôle-titre) au Teatro Verdi de Salerne (dir. Daniel Oren), Sir John Falstaff dans le Falstaff  de Verdi au Teatro della Fortuna de Fano, Gianni Schicchi (rôle-titre) à l'Académie Sainte Cécile de Rome, Don Geronio dans Le Turc en Italie au Teatro Massimo V. Bellini de Catane, le Conte di Luna dans Le Trouvère à Saragosse, Marcello de La Bohème au Teatro del Giglio de Lucques (coproduction avec les Théâtres Alighieri de Ravenne, Verdi de Pise et Goldoni de Livourne), Malatesta dans Don Pasquale au Teatro Chiabrera de Savonne, Sharpless dans Madama Butterfly au Teatro Belli de Spoleto, Marullo dans Rigoletto avec La Scala de Milan et en tournée au Japon... Il a aussi interprété Falstaff pour l'Académie d'Opéra italien sous la direction de Riccardo Muti et au Teatro delle Muse d'Ancone  (mise en scène : Cristina Mazzavillani Muti), Figaro dans Le Barbier de Séville au Festival du Tirol d'Erl (dir. Gustav Kuhn), Marcello  dans La Bohème dans le Circuit Lyrique de Lombardie, Haly dans L'Italienne à Alger à l'Opéra de Florence et en tournée à Oman (dir. Bruno Campanella), De Siriex dans la rare Fedora de Giordano au Teatro di San Carlo de Naples, Giorgio Germont dans La Traviata au Teatro Lirico de Cagliari et à l'Opéra de Florence... Il a par ailleurs chanté le Requiem de Fauré au Teatro Petruzzelli de Bari et s'est produit dans Il Medico dei Pazzi de Battistelli à  Venise. Plus récemment, il a de nouveau chanté Falstaff à Cagliari et Gianni Schicchi à Modène, il a chanté Jupiter à Pompéi de Giordani à Foggia, Pompéi et Chieti, le Conte Gil dans Le Secret de Susanne à Caserta avec le San Carlo de Naples, Marcello (La Bohème) au Teatro Comunale de Bologne (dir. Michele Mariotti, mise en scène : Vick – production récompensée du Prix Abbiati en 2018), le Duc de Nottingham (Roberto Devereux) au Teatro Regio de Parme, La Traviata à Porto, Un bal masqué à Darmstadt, Falstaff à Dusseldorf et il est retournée au Teatro Comunale de Bologne pour y chanter Ping dans une nouvelle production de Turandot.
Cette saison, il chante La Traviata à Trapani et en tournée en Tunisie, Gianni Schicchi (rôle-titre) à Brescia, Pavie, Côme, Crémone etc.

 

 

 

 

 

 

Ilya Silchukov 

Baryton

 

Le baryton biélorusse Ilya Silchukov est l'un des artistes les plus attachants de la jeune génération. Il a déjà travaillé avec quelques-uns des plus grands noms de la scène lyrique, Wladimir Fedoseev, Dany Ettinger, Bruno Companella, Laurence Equilbey, Andrey Yurkevich, Myron Mikhailidis, Rani Calderon, Christopher Franklin, Eri Klas et Mikhail Tatarnikov par exemple. Malgré son jeune âge, il s'est déjà produit sur des scènes telles que l'Opéra d'Israël de Tel Aviv, le Teatr Wielki de Varsovie, le Théâtre royal de la Monnaie de Bruxelles, l'Opéra de Francfort, l'Opéra national de Montpellier, le Teatro Verdi de Trieste, l'Opéra de Rome, le Rahvusooper de Tallinn, le Slovenske Narodne Divadlo de Bratislava, au Festival Bruckner, au Festival Birgitta de Tallinn etc.
Né à Minsk, il a fait ses études à l'Académie nationale de Musique de Biélorussie, à Minsk, devenant ensuite membre de l'Opéra national « Bolchoï » de Minsk.

En juin-juillet 2011, il participe au prestigieux « Young Singer Programm » du Festival de Salzbourg.
Récemment, on a pu l'entendre dans Eugène Onéguine (rôle-titre) au Wielki de Varsovie, en Marcello de La Bohème à Minsk, en Germont de La Traviata au Festival Brigitta de Tallinn, en   de Faust à Tel Aviv, en Robert de Iolanta au BrucknerFest de Linz, en Michele du Tabarro, dans le Stabat Mater de Dvorak dans une version mise en scène à l'Opéra national de Montpellier, en Albert de Werther et en Miller de Luisa Miller au Teatro Verdi de Trieste, en Silvio de Paillasse, en Yeletzky de La Dame de Pique, en Duc du Chevalier ladre (Raсhmaninov) à La Monnaie de Bruxelles en 2015. Il a aussi chanté dans La Fiancée de neige, Katscheï, La Khovanchtchina, Carmina Burana, Thaïs etc.


Ilya Silchukov est lauréat de nombreux prix internationaux : 30e Concours du Belvedere – H. Gabor (Vienne, 2011),  Premier Prix du Concours Magomaev (Moscou, 2010), Premier Prix du Concours Schneider (Trnava, 2010), finaliste du Concours Elena Obraztsova TVShow (Moscou, 2014) et 3e Prix du CLIP2017 (Portofino, 2017).
Parmi ses engagements de cette saison, signalons Valentin (Faust) à l'Opéra de Minsk.

 

 

 

 

 

Marc Barrard

Baryton

 

Après ses études au Conservatoire de Nîmes, Marc Barrard se perfectionne avec Gabriel Bacquier. A partir de 1984, il remporte de nombreux prix dont le Prix Spécial de La Chambre Syndicale des directeurs de Théâtres en France, à la suite duquel il est immédiatement invité par les Chorégies d'Orange pour Un Hérault dans Macbeth.

Commence alors une riche carrière qui l'amène à se produire sur toutes les scènes lyriques françaises et internationales telles que Le Teatro Comunale de Bologne, la Scala de Milan, le Teatro Regio di Torino, La Fenice de Venise, le Liceo de Barcelone, le Teatro de la Maestranza de Séville, le Palau de les Arts de Valence, l'Opéra de Lausanne, le Grand Théâtre de Genève, le Semperoper de Dresde, le Teatro Colón de Buenos Aires, les opéras de Tel Aviv, Helsinki, Oviedo, Houston, Washington, Los Angeles, le Concertgebouw d'Amsterdam… dans les grands rôles des répertoires italien et français, avec une place prépondérante pour ce dernier.

Récemment, on a pu l'entendre notamment dans Le Bailli (Werther) à Rome & Nancy, dans  le rôle-titre de Saint-François d'Assise et dans celui de Flambeau dans L'Aiglon (enr. CD – Orchestre Symphonique de Montréal) à Montréal, dans le rôle-titre d'Ariane et Barbe-Bleue de Paul Dukas (Opéra national du Rhin), dans Agamemnon de La Belle Hélène (Paris-Châtelet), dans L'Enfant et les Sortilèges (L'Horloge – Le Chat) avec le SWR-Orchester à Stuttgart (enr. CD), dans Golaud (Pelléas et Mélisande) & Le Marquis dans Dialogues des Carmélites (Staatsoper de Hambourg), dans Le Comte de Nevers des Huguenots (Opéra de Nice & Deutsche Oper de Berlin), en Don Alfonso de Così fan tutte, en Claudius dans Hamlet et en Bartolo des Noces de Figaro (Opéra de Marseille), en Sharpless dans Madame Butterfly (Chorégies d'Orange et en concert au Théâtre des Champs-Elysées), en Comte des Grieux du Manon de Massenet (Opéra de Monte-Carlo, Théâtre des Champs-Elysées/Les Grandes Voix), Golaud (Sydney), Le Baron de La Vie parisienne (Bordeaux),  Dulcamara dans L'Elixir d'amour (Opéras de Nice & Tours), Athanaël dans Thaïs (National Center of the Performing Arts Pékin), dans un programme Offenbach pour la Köln Akademie (Enr CD), dans Le Baron Douphol (La Traviata) au Théâtre des Champs-Elysées où il interprète également Lord Guglielmo Cecil dans Maria Stuarda en concert pour Les Grandes Voix etc.

Marc Barrard se produit également sous la direction de chefs tels que Michel Plasson, John Nelson, Christoph Eschenbach, John Eliot Gardiner, Lorenzo Viotti, Stéphane Denève, Kent Nagano etc.

En 2019-20, il incarne Pandolfe dans Cendrillon (Nancy), Sancho dans Don Quichotte (Saint-Etienne), Michonnet d'Adrienne Lecouvreur (Opéra de Marseille) et donne des masterclass et récitals (Théâtre Christian Ligier Nîmes) etc.

 

 

 

 

Julien Véronèse

Basse

 

Julien Véronèse commence ses études de chant au Conservatoire de Toulouse. En 2007 il intègre le Cnipal (Centre National d'Insertion Professionnelle des Artistes Lyriques) à Marseille où il poursuivra sa formation jusqu'en 2008. Dès sa sortie du Cnipal, il fait ses débuts dans plusieurs opéras nationaux, notamment à Nancy, où il interprète Don Ciccio dans la création de Divorzio al italiana de Giorgio Batistelli.

Il a suivi les cours et les conseils de grandes personnalités du monde lyrique, telles que Placido Domingo, Gabriel Bacquier, Mady Mesplé, Teresa Berganza, Ludovic Tézier, Sophie Koch, Yvonne Minton, Tom Krause, Rolando Villazon et David Syrus.
Il est régulièrement invité sur scènes nationales et européennes : Opéra national de Montpellier dans Chérubin de Massenet, L'Enfant et les sortilèges de Ravel couplé avec L'Hirondelle inattendue de Simon Laks, ainsi que pour un concert & enregistrement : « Rossini Si, Si, Si, Si ! » avec Marie-Nicole Lemieux et Partrizia Ciofi. À l'Opéra de Monte-Carlo, il a chanté dans Roméo et Juliette de Gounod au Forum Grimaldi, repris ensuite au Royal Opéra House de  Muscat à Oman; à l'Opéra de Marseille, il chanté dans Boris Godounov de  Moussorgski, et dans Lohengrin de Wagner.

La saison 2016-2017 a marqué ses débuts dans le rôle de Scarpia dans Tosca de Puccini au Teatro Reina Sofia de Benavente ainsi qu'au Théâtre Ortega de Palencia (Espagne).
Durant l'été 2017, il chante sous la direction de Michel Plasson au Festival international de Colmar dans La Damnation de Faust de Berlioz donnée en version concert.

Dernièrement, il a interprété notamment Bartolo dans Les Noces de Figaro de Mozart à l'Opéra Royal de Wallonie de Liège, Fantasio d'Offenbach à l'Opéra national de Montpellier, les quatre rôles de Lindorf, Coppélius, Dr. Miracle et Dapertutto dans Les Contes d'Hoffmann d'Offenbach avec le Festival lyrique de Marmande, Tosca (Scarpia) en tournée dans le sud de la France avec le New York Opéra Society, puis en juin, Rigoletto (Monterone) de Verdi à l'Opéra de Marseille, avant de chanter Leuthold dans Guillaume Tell de Rossini au Théâtre antique d'Orange..
En début de la saison 2019, il chante Abimelech dans Samson et Dalila de Saint-Saëns à l'Opéra de Monte-Carlo.
La saison passée, il a chanté ici même Gubetta dans Lucrezia Borgia de Donizetti, Oroveso de Norma en septembre dernier et il vient d'interpréter Titurel dans Parsifal.

 

 

 

 

Céline Laborie

Soprano

 

Céline Laborie obtient son Prix de chant au Conservatoire de Toulouse avec les Félicitations du jury en juin 2012. Durant ses années au Conservatoire, elle est engagée pour interpréter le rôle de Diane dans Orphée aux Enfers dʼOffenbach mise en scène par Gilles Ramade. Elle y fait également la rencontre de Leontina Vaduva, Jean-Philippe Lafont et de Philippe Cassard lors de master class.

Eté 2012, elle obtient le premier prix dʼopérette au Concours International de chant de Marmande et est également finaliste dans la catégorie Opéra. En 2013, elle est engagée pour jouer le rôle de La Princesse dans LʼEnfant et les Sortilèges de Ravel au Théâtre du Capitole de Toulouse au coté de Jean-Philippe Lafont. La même année elle remporte le Prix du Public au Concours de chant dʼArles et elle rejoint le CNIPAL à Marseille où elle y fait la rencontre dʼInva Mula, Marie-Ange Todorovitch et de Louis Langrée. En février 2014 elle participe à la cérémonie des Victoires de la Musique Classique, diffusée en direct sur France 3, en interprétant le duo de la Barcarolle des Contes d'Hoffmann aux cotés de Valentine Lemercier. En décembre de la même année, elle interprète le soprano solo de The Armed man de K. Jenkins au Théâtre de Barakaldo en Espagne puis en 2015 et en 2016.
Elle interprète le rôle de Héro dans Béatrice et Bénédict au Palais Majorque lʼété 2017.
Depuis juillet 2017 elle travaille avec Didier Laclau-Barrère, professeur de chant notamment de lʼAcadémie Michel Plasson.

En juillet 2018 elle est Marie dans une création occitane, Gerardo, au Palais Majorque de Perpignan. En décembre de la même année, elle interprète le soprano solo de La messe du couronnement et Les Vêpres solennelles de Mozart au Victoria Hall de Genève.
Au Théâtre du Capitole, elle a chanté Kättchen dans Werther de Massenet en juin 2019 et Une Fille-Fleur dans Parsifal le mois dernier.