Biographies

La Ville Morte

 

Leo Hussain Direction musicale

 

Le chef d'orchestre britannique Leo Hussain est l'un des grands chefs d'orchestre de sa génération, aussi recherché pour ses interprétations de de Mozart que pour la musique des compositeurs de la Seconde École de Vienne et des grands chefs-d'œuvre du XXe siècle. Ce qui ne l'empêche pas de s'intéresser également au grand répertoire romantique.

Ancien Directeur Musical de l'Opéra de Rouen et du Landstheater de Salzbourg, il est aujourd'hui invité à diriger la plupart des grandes phalanges du monde lyrique d'aujourd'hui.

Cette saison le verra faire ses débuts avec l'Orchestre Philharmonique du Luxembourg et avec l'Orchestre Gulbenkian. Il reviendra également diriger l'Opéra de Francfort pour une nouvelle production de Wozzeck d'Alban Berg, au Theater an der Wien de Vienne, où il se produit quasiment chaque saison, travaillant avec les Wiener Symphoniker et l'Orchestre symphonique de la Radio viennoise. Il a récemment dirigé l'Orchestre symphonique de Bamberg au Festival Mozart de Würzburg, l'Orchestre symphonique de la WDR de Cologne, le DSO Berlin, l'Orchestre philharmonique de la Radio de Saarbrücken Kaiserslautern, l'Orchestre philharmonique de Prague et le Royal Danish Orchestra.

En dehors de l'Europe, il a aussi dirigé l'Orchestre symphonique de la NHK et le Tokyo Metropolitan Symphony Orchestra lors du Festival de Printemps de Tokyo, et il fait cette saison ses débuts avec l'Orchestre symphonique d'Australie de l'Ouest et l'Orchestre symphonique de Tasmanie, avant de faire ses débuts à l'Opéra de San Francisco.

 

Philipp Himmelmann Mise en scène

 

Philipp Himmelmann a étudié le chant et la mise en scène à l'Université de Hambourg, puis le chant à la Guildhall School of Music de Londres.

Il a déjà travaillé avec des artistes tels que Simon Rattle, Teodor Currentzis, Michael Boder, Adam Fischer, Marcello Viotti, Fabio Luisi, Daniele Gatti, Marc Albrecht, Christian Thielemann, Reinhard Goebel, Ulf Schirmer, Marco Armiliato, Thomas Hengelbrock, Massimo Zanetti and Ivan Fischer.

Parmi ses productions les plus récentes, signalons La Bohème (Puccini) au Festival de Baden-Baden, Káťa Kabanová (Janacek) à l'Opéra national de Lorraine, Simon Boccanegra (Verdi) à l'Opéra de Dijon, La Bohème à l'Opéra Tchaïkovski de Perm, Mefistofele (Boito) et Tosca (Puccini) à Baden-Baden, L'Elixir d'amour (Donizetti) au Festival d'Opéra de St. Margarethen, La Chauve-Souris (J. Strauss) au Theater an der Wien de Vienne et à l'Opéra de Nancy, Così fan tutte (Mozart), Les Noces de Figaro (Mozart) à Baden-Baden et Perm, Don Giovanni (Mozart) à Baden-Baden, Le Nain (Zemlinsky) et La Ville morte (Korngold) à l'Opéra national de Lorraine et à l'Opéra de Nantes-Angers, Cavalleria rusticana (Mascagni) et Pagliacci (Leoncavallo) à Hanovre, Aida (Verdi) et Giulio Cesare (Haendel) pour le Deutsche Oper am Rhein, Don Carlos (Verdi) au Staatsoper de Berlin, Cardillac (Hindemith) et Macbeth (Verdi) au Semperoper de Dresde, Manon Lescaut (Puccini) à Hambourg, Didon et Énée (Purcell) au Palau de les Arts de Valence, Tosca eu Festival de Bregenz.

 

Raimund Bauer Décors

 

Raimund Bauer est né en Bavière. Diplômé de l'Académie des Arts Appliqués de Vienne, il se lance dans la carrière de décorateur de théâtre et devient décorateur en résidence au Théâtre de Cologne et au Staatstheater de Stuttgart. Il se produit également à Vienne (Burgtheater), à Hambourg (Deutsches Schauspielhaus), à Munich (Residenztheater), à Berlin (Volksbühne, Schillertheater) et dans de nombreuses autres villes, en Allemagne comme ailleurs dans le monde. Parmi les grandes productions dont il a signé les décors, La Clémence de Titus, Deadman Walking, Le Consul à Vienne, Les Stigmatisés, Fidelio au Festival de Salzbourg, Parsifal et Tosca à Baden-Baden, Le Chevalier à la Rose au Staatsoper de Berlin, Rigoletto au Semperoper de Dresde, Tosca et Tannhäuser au Muziektheater d'Amsterdam, Moïse et Aron au Bayrische Staatsoper de Munich, Fidelio à Lyon puis à Tel Aviv, Parsifal à l'English National Opera de Londres, Le Vaisseau fantôme au Lyric Opera de Chicago et à Los Angeles, Parsifal et Le Vaisseau fantôme à San Francisco, Salome à Genève, Parsifal au Gran Liceu de Barcelone, Un Bal masqué et Tristan et Isolde à Zurich, Les deux Foscari au Teatro San Carlo de Naples...
En 2010, il a créé
La Ville morte pour l'Opéra de Nancy et Elektra pour le Festival de Salzbourg et l'Opéra de Rome (mise en scène : Nikolaus Lehnhoff). En septembre 2010, il a fait les décors de Niobé pour le Royal Opera House-Covent Garden de Londres.Pour la rpoduction du Roi Roger, donné tout d'abord à Bregenz, puis Barcelone et Varsovie (mise en scène : David Pountney), il a remporté le prix « OPUS, Deutscher Bühnenpreis ». En 2014, sa production de La Fanciulla del west est montée à l'Opéra de Paris, et son Guillaume Tell et Moïse en Egypte au Welsh National Opera de Cardiff, repris en 2015 à Varsovie et au Grand Théâtre de Genève. En mai 2015, sa Turandot est donnée à La Scala de Milan. Enfin, parmi ses productions les plus récentes, signalons La Bohême à Perm, et La Force du destin à Cardiff.
Raimund Bauer vit à Hambourg, où il enseigne à l'Académie des Beaux-Arts.

 

Bettina Walter Créatrice de costumes

 

Née à Ulm, elle étudie les beaux-arts (sculpture) à la Freie Kunstschule Nürtingen dans le Bade -Wurttemberg, puis l'art du costume à la Hochschule der Künste à Berlin, où elle obtient son diplôme final en 1992. Pendant sa dernière période d'études, elle est engagée de façon permanente au Théâtre de Bâle, sous l'intendance de M. Baumbauer. Créatrice indépendante depuis 1990, elle est invitée à concevoir les costumes pour des nombreuses maisons d'opéra et théâtres européens, parmi lesquels on peut citer : Düsseldorf, Essen, Residenztheater München, Deutsches Schauspielhaus Hamburg, Teatro La Fenice de Venise, Royal Opera House-Covent Garden de Londres, l'Opéra de Cologne, le Festival de Glyndebourne, le Grand Théâtre de Genève, le Festival de Salzbourg, la Scala de Milan, le Semperoper de Dresde, le Festival Lyrique d'Aix-en-Provence etc.

En France, elle a signé les costumes pour des nombreux spectacles notamment au Théâtre du Châtelet (Lulu, Le Chevalier à la rose, Peter Grimes, Le Château de Barbe-Bleue et la création de Le Luthier de Venise de Gualtiero Dazzi), au Festival d'Avignon (Amphitryon de Kleist), au Festival Musica (La Rosa de Ariadna de Dazzi), pour le festival d'Aix-en-Provence (Belshazzar de Haendel, coproduction avec le Staatsoper Unter den Linden de Berlin) et à l'Opéra national du Rhin (Lucia de Lammermoor, Eugène Onéguin et Don Carlos).

Elle a conçu les costumes pour de nombreuses productions : Fidelio (Deutsche Staatsoper de Berlin – Braunschweig/Baremboïm), Lady Machbeth de Msensk à Genève (Dresen/Jordan), La Clemenza di Tito au Festival de Salzbourg (Kusej/Harnancourt), Palestrina de Pfizner au Coven Garden de Londres (Lehnhoff/Tielemann)... Elle a collaboré régulièrement avec Chistoph Loy depuis 1999 notamment pour Carmen à Cologne, Eugène Onéguin à Bruxelles, Iphigénie en Aulide au Festival de Glyndebourne et Faust de Gounod à Francfort et Göteborg, Simon Boccanegra à Francfort et Armida de Haydn au Festival de Salzbourg. Elle a conçu les costumes pour Macbeth au Semperoper de Dresde (Himmelmann/Gatti), Lohengrin au Festival de Baden-Baden (Lehnhoff/Nagano) puis repris dans la saison de La Scala de Milan, Tiefland d'Eugène d'Albert à Francfort et Vienne (Weber/Weigle), Titus Andronicus à Essen, Rigoletto (mise en scène de Nikolaus Lehnhoff) puis Cardillac de Hindemith à Dresde, Belshazzar de Haendel à Berlin et au Festival d'Aix-en-Provence, Jenufa à Munich, Elektra, Siegfried à l'Opéra de Essen, La Ville morte à Francfort et à Nancy, Elektra au Grand Théâtre de Genève, Salome au Festspielhaus de Baden-Baden, La Mariée vendue au Staatsoper de Berlin, L'Italienne à Alger à l'Opéra de Lorraine à Nancy, Le Nain de Zemlinsky à Nancy, Le Vaisseau fantôme de Wagner à Genève, Elektra au Semperoper de Dresde La Tosca à l'Opéra de Graz, Médée à l'Opéra de Bâle, Passagierin à l'Opéra de Francfort, Così fan tutte et Don Giovanni au Grand Théâtre de Genève ainsi que de nombreux autres projets de théâtre en Suisse et en Allemagne.

Depuis l'été 2001 Bettina Walter vit à Strasbourg avec sa famille.

Elle est professeur de costume à l'Académie de Beaux-Arts en section scénographie et costumes à Stuttgart depuis 2010.

 

Gerard Cleven Lumières

 

Gérard Cleven s'est formé à la fois en ingénierie électrique et en musique aux Pays-Bas. Pendant de nombreuses années, il a été le responsable du service éclairages du Théâtre de Lucerne, où il a ainsi été en charge de la réalisation des lumières sur de très nombreux spectacles.

Dans les domaines de l'opéra, du théâtre et du ballet, Gerard Cleven a travaillé avec des metteurs en scènes aussi divers que George Delnon, Philipp Himmelman, Jean-Claude Auvray, Reinhild Hoffmann, Vera Nimerova, Johannes Schaaf, Barbara Frey, Tatjana Gürbaca, Olivier Tambosi, Richard Wherlock, Carolyn Carlson et Joachim Schlömer.

Il a ainsi travaillé avec le Staatstheater de Stuttgart, le Theater de St. Gallen, le Staatsoper de Hambourg, le Théâter de Bâle, le Nederlandse Opera d'Amsterdam, l'Opéra national de Lorraine de de Nancy, l'Opéra national du Rhin (Strasbourg-Colmar-Mulhouse), pour le Festival de Salzbourg, le Festival de Bregenz, le Théaâtre Municipal de Lausanne, le Wiener Jugendstiltheater, le Volksoper de Vienne, la Ruhrtriennale de Essen, le Théâtre national du Luxembourg, l'Opéra Angers-Nantes, le Grand Théâtre de Genève, le Kampnagel Hamburg, l'Opéra national de Zagreb, la Quadrennial de Prague, le Théâtre national de Reykjavik, le Kammerspiele de Munich, le Semperoper de Dresde, le Théâtre de Düsseldorf et le Staatstheater de Wiesbaden.

 

Martin Eidenberg Vidéo

 

Martin Eidenberger est né le 2 janvier 1980 à Linz en Autriche. Il a tout d´abord étudié l'Ingénierie Civile et l'Architecture avant de se consacrer de 2002 à 2006 aux Arts Multimédias à l´Université des Sciences Appliquées de Salzbourg.

Dés 2008 il s'établit comme artiste indépendant et collabore à de nombreuses productions théâtrales et lyriques tant en qualité de scénographe que de vidéaste.

De sa fructueuse collaboration avec le metteur en scène Aureliusz Smigiel sont issues plusieurs productions, les plus récentes étant In einem Jahr mit 13 Monden au Residenztheater de Munich et Die deppressive Person au Théâtre de Bielefeld.

D'autre part, il a réalisé en tandem avec le scénographe Christof Hetzer de nombreuses vidéos pour des opéras tels que Il Turco in Italia au Nederlandse Opera à Amsterdam sous la direction de David Hermann, Gisela à la Ruhrtriennale et Dionysos au Festival de Salzbourg sous la direction de Pierre Audi, Le Vaisseau fantôme au Festival de Bayreuth sous la direction de Jan-Philipp Gloger et La flûte enchantée à l'Opéra national de Paris sous la direction de Robert Carsen.

 

Torsten Kerl Ténor – Paul

 

Torsten Kerl est l'un des ténors héroïques les plus recherchés de sa génération. Durant la saison 2017-2018, il a chanté Max du Freischütz (Weber) au New National Theatre de Tokyo et au Semperoper de Dresde, Siegfried dans Siegfried et Le Crépuscule des dieux (Wagner) à Odense et au Staatstheater de Karlsruhe. Au Festival Enescu, il a chanté Albrecht von Brandenburg dans Mathis der Maler de Hindemith sous la direction de Sir Lawrence Foster.

Côté concerts, il a interprété Le Chant de la Terre (Mahler) à Berlin et Breslau, Waldemar dans les Gurrelieder (Schönberg) à Aarhus et Berlin, la Symphonie n°9 de Beethoven partout en Europe...

Parmi ses projets, outre Paul dans notre production de La Ville morte, il sera Tannhäuser au New National Theatre de Tokyo et Rienzi au Deutsche Oper de Berlin. Il chantera également Siegmund en version de concert avec l'Orchestre symphonique d'Anvers (dir. Edo de Waart).

Avec un immense répertoire à son actif, Torsten Kerl interprète régulièrement les grands rôles wagnériens comme Erik, Parsifal, Lohengrin, Tannhäuser, Loge, Siegmund, Tristan, Rienzi et les deux Siegfried, mais aussi Max (Freischütz), Paul (La Ville morte), Florestan (Fidelio), Pedro (Tiefland), Bacchus (Ariane à Naxos) et L'Empereur (La Femme sans ombre). Parmi ses autres grands rôles, signalons Don José (Carmen), Samson (Samson et Dalila), Enée (Les Troyens), Grigori (Boris Godounov), Le Pharaon égyptien (Moïse), Herrmann (La Dame de Pique), Otello (Otello) et Dick Johnson (La Fanciulla del West), rôles qu'il interprète au Wiener Staatsoper, au Metropolitan Opera de New York, au Deutsche Oper de Berlin, à l'Opéra de San Francisco, au Royal Opera House-Covent Garden de Londes, au Semperoper de Dresde, à la Scala de Milan, au New National Theatre de Tokyo, au Nederlandse Opera d'Amsterdam, au Bayerische Staatsoper de Munich, au Gran Teatro del Liceo de Barcelone, au Palau de les Arts de Valence, à l'Opéra national de Paris (Bastille), au Théâtre du Châtelet, à l'Opéra national de Lyon, au Staatsoper de Hambourg, au Teatro Carlo Felice de Gênes, au Norske Opera d'Oslo, à la Monnaie de Bruxelles et au Maggio Musicale Fiorentino ainsi que dans les grands festivals internationaux (Bayreuth, Salzbourg, Édimbourg, Savonlinna...)

Torsten Kerl a remporté en 2000 un Grammy Award dans la catégorie « Meilleur enregistrement discographique de l'année ».

 

Evgenia Muraveva soprano – Marietta / Marie

 

Récemment révélée par le Festival de Salzbourg, la soprano Evgenia Muraveva s'est récemment produite dans des rôles aussi divers que Katerina Izmailova (Lady Macbeth of Mtsensk) à Salzbourg, Liza (La Dame de Pique) à Salzbourg et au Bolchoï, Salome (rôle-titre) de Richard Strauss, Gutrune (Le Crépuscule des Dieux) au Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg, Floria Tosca dans Tosca (Puccini) et Nedda dans Pagliacci (Leoncavallo) à l'Opéra de Chambre de Saint-Pétersbourg, Leonora du Trouvère (Verdi) à l'Opéra national de Kazan, Tatiana dans Eugène Onéguine (Tchaïkovski) au Komische Oper de Berlin.

Son immense répertoire comprend également les rôles de Pannochka dans La Nuit de Mai de Rimski-Korsakov, la Première Dame dans La Flûte enchantée (Mozart), la Contesse des Noces de Figaro (Mozart), Natalia dans l'Oprichnik (Tchaïkovski), Lyubka de Semyon Kotko (Prokofiev), Mimi dans La Bohème (Puccini), Donna Anna dans Don Giovanni (Mozart), Xénia dans Boris Godounov (Moussorgski) à l'Opéra de Chambre de Saint-Pétersbourg...

Elle a aussi participé à un récital avec Vladimir Chernov dans la prestigieuse Salle de Concert Tchaïkovski de Moscou, sous le direction d'Evgeny Bushkov, et elle a chanté la partie de soprano solo dans le Gloria de Poulenc (dir. Vladimir Minin)...

Elle a été soliste de l'Académie des Jeunes du Mariinsky de 2007 à 2011. Elle a été soliste de l'Opéra de Chambre de Saint-Pétersbourg entre 2010 et 2014, et s'est fréquemment produite comme soliste invitée au Théâtre Mariinsky.

Elle est diplômée du Conservatoire national Rimski-Korsakov de Saint-Pétersbourg.

 

Thomas Dolié Baryton – Fritz

 

«Révélation artiste lyrique» aux Victoires de la musique 2008, le baryton Thomas Dolié est un

des barytons français les plus appréciés de sa génération. Après une saison marquée par ses débuts à l'Opéra national de Paris dans le rôle de Ramiro (L'Heure espagnole de Ravel), ou encore sa prise de rôle de Golaud (Pelléas et Mélisande, Debussy) avec la Deutsche Kammerphilharmonie de Brème, la saison 2018/2019 le voit entre autre incarner Fritz (La Ville morte) ici même, Ramiro (L'Heure espagnole) avec Les Siècles en tournée française, ainsi qu'au Barbican Centre de Londres avec le London Symphony Orchestra, Hylas (Issé de Destouches) avec l'ensemble Les Surprises au Festival de Pontoise et à l'Opéra royal de Versailles ; il chante par ailleurs la Passion selon saint Jean (Bach) avec Accentus et Insula Orchestra (dir. Laurence Equilbey) à la Seine Musicale et poursuit sa collaboration avec le chef György Vashegyi, l'Orfeo Orchestra et le Centre de Musique baroque de Versailles en chantant, à Budapest, les rôles de Danaüs (Hypermnestre de Gervais) et Phinée (Jephté de Montéclair).

Régulièrement invité comme soliste auprès de chefs d'orchestre tels que Raphaël Pichon, Marc Minkowski, Emmanuelle Haïm, Hervé Niquet ou Christophe Rousset, sa carrière l'a notamment déjà mené à se produire à l'Opéra de Cologne, à l'Opéra de Zurich, à l'Opéra national du Rhin, à l'Opéra national de Bordeaux, au Théâtre du Capitole, à l'Opéra Royal de Wallonie, ou encore au Concertgebouw d'Amsterdam.

Cette saison, il s'est déjà produit dans le cadre de la saison du Théâtre du Capitole lors d'un concert en hommage à Lili Boulanger (vendredi 26 et samedi 27 octobre, Chapelle des Carmélites) et se produira de nouveau en récital lors de l'« Atelier Korngold » le samedi 24 novembre à 17h, puis pour un « Midi du Capitole » le mardi 27 novembre.

 

Matthias Winckhler Baryton-basse – Frank

 

Matthias Winckhler, né en 1990 à Munich, a reçu sa première éducation musicale à l'Académie de chant bavaroise et fait ensuite des études de chant à l'Université Mozarteum de Salzbourg dans la classe d'Andreas Macco et dans la classe d'interprétation du lied de Wolfgang Holzmair. Parallèlement il a suivi des cours de maîtrise auprès de Matthias Goerne, Markus Hinterhäuser, Graham Johnson, Christa Ludwig, Malcolm Martineau, Bejun Mehta, Michele Pertusi, Rudolf Piernay, Peter Schreier, Bo Skovhus et Breda Zakotnik. Le chanteur a en outre bénéficié de bourses de la Fondation Walter et Charlotte Hamel et de la Fondation Walter Kaminsky.

En 2017, Matthias Winckhler a obtenu le Prix d'encouragement Trude Eipperle Rieger. Il a reçu en 2014 le Premier Prix au Concours International Mozart de Salzbourg ainsi que le Prix spécial de la Fondation Mozarteum. Il a par ailleurs été lauréat du Concours International Bach de Leipzig en 2012, du Concours fédéral de chant de Berlin en 2010 et du Concours Schubert (Lied et Duo) de Dortmund en 2014.

Matthias Winckhler se produit régulièrement avec des chefs d'orchestre tels que Giovanni Antonini, Karl-Friedrich Beringer, Fabio Bonizzoni, Reinhard Goebel, Hans Graf, Matthew Halls, Pablo Heras-Casado, Enoch zu Guttenberg, Günter Jena, Gianandrea Noseda, Ralf Otto, Vasily Petrenko, Ivan Repušić, Helmuth Rilling, Jordi Savall, Andreas Spering, Christoph Spering, Masaaki Suzuki et Jos van Veldhoven. Il donne des concerts accompagné par des orchestres comme l'Académie de Musique ancienne de Berlin, l'Orchestre Philharmonique de Vienne, la Camerata Salzbourg, l'Orchestre du Mozarteum de Salzbourg, la Philharmonie de Dresde, le Philharmonisches Staatsorchester de Hambourg, la Nederlandse Bachvereniging, le Bach Collegium Japan et l'Oslo Filharmonien.

Il est régulièrement invité à participer à de nombreux festivals comme le Festival de Salzbourg, le Kissinger Sommer, le Bachfest de Leipzig, les Semaines Bach de Thuringe et la Semaine Mozart de Salzbourg.

De 2015 à 2018, il a été membre de l'ensemble de l'Opéra d'État de Basse-Saxe de Hanovre et s'y est produit entre autres dans les rôles du Comte Almaviva (Le nozze di Figaro de Mozart), de Papageno (La Flûte enchantée de Mozart), d'Albert (Werther de Massenet), de Belcore (L'elisir d'amore de Donizetti) et de Tom (Die englische Katze de Henze).

Le lied tient une place importante dans sa carrière musicale. Lors de ses récitals, le chanteur est accompagné par des pianistes tels que Marcelo Amaral, Bernadette Bartos, Tobias Krampen, Verena Metzger et Jan-Philip Schulze. Dans le domaine de la musique contemporaine, il collabore entre autres avec les compositeurs Nikolaus Brass, Friedrich Cerha, Manfred Trojahn et Gerhard Wimberger, et a participé à de nombreuses créations mondiales.

 

Katharine Goeldner Mezzo-soprano – Brigitta

 

Après avoir étudié le chant à l'Universté d'Iowa puis au Mozarteum de Salzbourg, la mezzo-soprano américaine Katharine Goeldner entame une carrière internationale, interprétant des rôles tels Fricka dans L'Or du Rhin à l'Opéra du Minnesota, Dalila dans Samson et Dalila à l'Opéra de Virginie, Carmen (rôle-titre) au Festival de Savonlinna, au Lyric Opera de Chicago et au New York City Opera, Brangäne dans Tristan et Isolde au Landestheater de Salzbourg, Amneris dans Aida à l'Opéra d'Utah, Marcellina des Noces de Figaro au Lyric Opera de Chicago et à l'Opéra des Pays-Bas, Giovanna Seymour dans Anna Bolena au Metropolitan Opera et au Welsh National Opera, Mrs. Grose du Tour d'écrou à l'Opéra de Lyon, Gertrude dans Hamlet au Minnesota, Peggy pour la création mondiale de Shalimar le Clown de Jack Perla et Rajiv Joseph (adaptation du roman de Salman Rushdie) au Théâtre-Opéra de St. Louis, et Jackie Onassis pour le création mondiale de JFK de David T. Little à l'Opéra de Fort Worth et à l'Opéra de Montréal, Orfeo à l'Opéra d'Arizona, Geschwitz de Lulu à l'Opéra de Graz, et Herodias dans Salome à l'Opéra de Virginie et avec le Minnesota Orchestra.

En concert, on a pu l'entendre dans Le Chant de la Terre de Mahler avec le Royal Ballet de Covent Garden, dans Verklärtes Jahr de Josef Marx avec l'Orchestre philharmonique de Radio-France, dans les Wesendonck Lieder avec l'Orchestre des Solistes de Salzbourg, et dans Songs from Jewish Folk Poetry de Chostakovitch au Carnegie Hall de New York (dir. Botstein.). Elle a participé à l'enregistrement d'un disque des Letzten Dinge de Louis Spohr avec le Mozarteum Orchestra (dir. Ivor Bolton), a enregistré Le Paradis et la Péri de Schumann avec l'American Symphony Orchestra, et la Symphonie n°9 de Beethoven avec l'Orchestre symphonique de Vienne (dir. Georges Prêtre).

Parmi ses rôles les plus marquants, on retiendra Le Compositeur dans Ariane à Naxos à Madrid, Salzbourg, Toulouse, Lyon et au Théâtre du Châtelet, Oktavian dans Le Chevalier à la Rose à Toulouse, Lyon et Séville, Fricka dans L'Or du Rhin, Waltraute dans Le Crépuscule des dieux, Idamante dans Idomeneo et Geschwitz dans Lulu à Toulouse, Charlotte dans Werther à Bilbao, Nicklausse dans Les Contes d'Hoffmann au Metropolitan et à Bilbao, Suzuki dans Madama Butterfly à Chicago, au New York City Opera et au Florida Grand Opera, Ruggiero dans Alcina au New York City Opera, Dorabella dans Così fan tutte à l'Opéra de Santa Fe, Fenena dans Nabucco à Dallas, Bilbao, Anvers et Gand, ainsi que le Prince Orlofsky dans La Chauve-Souris au Metropolitan Opera de New York et au Japon (dir. Ozawa).

Parmi ses projets les plus marquants, signalons le Requiem de Verdi avec l'Orchestre symphonique de Jacksonville (Floride), Fricka dans La Walkyrie à Augsbourg, et Annina dans Le Chevalier à la Rose au Metropolitan de New York.

 

Norma Nahoun Soprano – Juliette

 

Norma Nahoun étudie le chant à Paris puis à la Hochschule für Musik de Berlin. Elle est lauréate de plusieurs concours internationaux (Grand Prix de la mélodie française à Toulouse, Hans Gabor Belvedere à Vienne, concours DEBUT en Allemagne). Elle participe aux académies du Festival de Verbier et du Festival d'Aix-en-Provence.

De 2012 à 2014, elle est membre de la jeune troupe du Semperoper de Dresde où elle chante des rôles tels que Papagena dans La Flûte enchantée, Barberine dans Les Noces de Figaro, Didone dans L'Impresario delle Canarie de Domenico Sarro, Philidel dans King Arthur de Purcell, Die Königin dans Das geheime Königreich de Křenek et Frasquita dans Carmen. Elle fait ses débuts à l'Opéra national de Paris en mai 2015 dans le rôle de Papagena. Dans Les Noces de Figaro, elle chante Susanna (en tournée en France) et Barberine (Mostly Mozart Festival de New York, Festival d'Edimbourg). Elle chante L'Amour dans Orphée et Eurydice (Nancy), Nannetta dans Falstaff (Tours), Laoula dans L'Etoile de Chabrier (Nancy), Baucis dans Philémon et Baucis de Gounod (Tours), Lisette / Ivette dans La Rondine (Nancy, Toulouse), Solveig dans Peer Gynt de Grieg (Limoges, Montpellier), Colette dans Le Devin du Village de Rousseau (Genève), Jacqueline dans Fortunio de Messager (Saint-Etienne), Nina dans Chérubin de Massenet (Montpellier), Gretel dans Hänsel et Gretel (Angers et Nantes), Mi dans Le Pays du Sourire (Tours, Avignon), Lucy dans Le Téléphone et Amélia dans Amélia va au bal de Menotti (Metz).

Au concert, elle s'est produite avec le Kammerorchester de Stuttgart (Goethe-Lieder de Fazil Say), le Bayerische Rundfunk Orchester (Cinq-Mars de Gounod à Munich, Vienne et Versailles, dirigé par Ulf Schirmer), le Budapest Festival Orchestra (Les Noces de Figaro et La Flûte enchantée en versions de concert, puis le Requiem de Mozart dirigé par Ivan Fischer), le Mahler Chamber Orchestra (Requiem de Fauré), l'Orchestre symphonique de Tours (programme Dvořak-Mozart dirigé par Jean-Yves Ossonce), l'Orchestre national de Lyon (A Midsummer Night's Dream de Mendelssohn, dirigé par Leonard Slatkin), l'Orchestre de l'Opéra de Saint-Etienne (4e Symphonie de Mahler), le Chœur Accentus (La Petite Messe Solennelle de Rossini), l'Ensemble Café Zimmermann (Cantates de Bach et Graupner, Stabat Mater de Pergolèse), Le Balcon (Jacob Lenz à Salzbourg). Elle chante un programme "Les Fleurs du Mâle – chansons coquines de café-concert" avec le Palazzetto Bru-Zane (Venise et Berlin) et se produit régulièrement en récital.

Ses engagements pour la saison 2018-2019 : Susanna dans Les Noces de Figaro (Avignon), Juliette dans La Ville morte (Toulouse), Minerva et La Fama dans La Finta Pazza de Sacrati (Dijon, Genève, Cracovie), Pamina dans La Flûte enchantée (extraits en concert à Rennes), Aldimira dans Erismena de Cavalli (version de concert au Luxembourg), Frasquita dans Carmen (Dijon) ainsi que la reprise du programme "Les Fleurs du Mâle" au Théâtre des Bouffes du Nord.

 

Julie Pasturaud Mezzo-soprano – Lucienne

 

Formée à la prestigieuse Guildhall School of Music and Drama de Londres, Julie Pasturaud est diplômée d'un Master en Musique et d'un perfectionnement en Classe d'Opéra. Elle a fait ses débuts au Festival de Glyndebourne dans le rôle de Dama dans Macbeth de Verdi, dirigé par Vladimir Jurowski et mis en scène par Richard Jones. Elle a chanté le rôle de Mercédès dans Carmen de Bizet dans la célèbre mise en scène de David McVicar à Glyndebourne, Laura dans Iolanta au Royal Festival Hall avec le London Philharmonic Orchestra dirigé par Vladimir Jurowski.

Sa carrière la conduite dans les plus prestigieuses maisons d'opéra et lui a permis de collaborer avec de grandes personnalités artistiques, tels Rinaldo Alessandrini, Christian Arming, Laurent Campellone, William Christie, Paul Daniel, Stéphane Denève, Charles Dutoit, Sir Mark Elder, Laurence Equilbey, Mikko Franck, Emmanuelle Haïm, Jakub Hrusa, Kirill Karabits, Francesco Lanzillotta, Sir Charles Mackerras, Marc Minkowski, Jérôme Pillement, Jérémie Rhorer, Roberto Rizzi-Brignoli, François-Xavier Roth, Esa-Pekka Salonen, Leonard Slatkin, Josef Swensen, Kazuki Yamada… et les metteurs en scène Lilo Baur, Jean Bellorini, Nicola Berloffa, Henning Brockhaus, Robert Carsen, Emmanuelle Cordoliani, Richard Jones, Jonathan Kent, Romain Gilbert, David McVicar, Laurent Pelly, Dominique Pitoiset, Laura Scozzi, Marie-Ève Signeyrole, Justin Way…

Elle a également interprété les rôles de Speranza dans L'Orfeo de Monteverdi à l'Opéra de Lyon, Lucretia dans Le Viol de Lucrèce de Benjamin Britten au Barbican Hall de Londres, Virtu dans Le Couronnement de Poppée mis en scène par Robert Carsen à l'Opéra National de Bordeaux, Geneviève dans Pelléas et Mélisande au Sadler's Wells de Londres. Julie Pasturaud a en outre participé à la première mondiale de La Métamorphose, composé par Michaël Levinas et mis en scène par Stanislas Nordey, à l'Opéra de Lille en 2011.

Elle a chanté L'Enfant et les Sortilèges à Rome et au Festival de Glyndebourne dans une production de Laurent Pelly et en version de concert à la Salle Pleyel avec l'Orchestre national de Lyon sous la direction de Leonard Slatkin, à Stockholm avec le Swedish Radio Symphony Orchestra et à la Philharmonie de Paris avec l'Orchestre de Paris sous la direction d'Esa-Pekka Salonen, à Genève et Lausanne avec l'Orchestre de la Suisse Romande sous la direction de Charles Dutoit, à Cologne et Munich avec le Bayerischer Rundfunk Orchestra sous la direction de Paul Daniel, à Stuttgart avec le SWR sous la direction de Stéphane Denève, avec l'Orchestre Philharmonique de Radio-France sous la direction de Mikko Franck, avec l'Orchestre Philharmonique de Monte Carlo sous la direction de Kazuki Yamada.

Récemment, elle était Junon dans Orphée aux Enfers mis en scène par Laura Scozzi à l'Opéra national de Bordeaux, Œnone dans Hippolyte et Aricie mis en scène par Jonathan Kent et dirigé par William Christie au Festival de Glyndebourne, Berta dans Le Barbier de Séville au Festival International d'Edimbourg et en version de concert au Musikfest de Brême sous la direction de Jérémie Rhorer, Alisa dans Lucia di Lammermoor dirigé par Roberto Rizzi-Brignoli et mis en scène par Stanislas Nordey à Lille et à Toulon. Elle a également interprété Miss Bentson dans Lakmé mis en scène par Lilo Baur et dirigé par Laurent Campellone à Avignon, Tisbe dans La Cenerentola mis en scène par Jean Bellorini et dirigé par Antonello Allemandi à l'Opéra de Lille, La Ciesca dans Gianni Schicchi à l'Opéra de Montpellier, Meg dans Falstaff pour ses débuts à l'Opéra national de Paris, La Marquise de Berkenfield dans La Fille du régiment aux Folies Lyriques, Berginella et Frasquinella dans La Périchole en version de concert au Festival Radio-France Montpellier et à l'Opéra national de Bordeaux…

En concert, elle a chanté Jeanne au bûcher à Liège sous la direction de Christian Arming, Mercédès dans Carmen au Festival de Verbier, la Neuvième Symphonie de Beethoven à Moscou avec le Moscow Symphony Orchestra et à Nantes avec l'Orchestre national des Pays de la Loire, le Requiem de Mozart et Elektra avec l'Orchestre national de Bordeaux Aquitaine, Les Nuits d'été de Berlioz avec l'Orchestre national de Lyon, La Damoiselle élue de Debussy à l'Opéra national de Paris …

Parmi ses projets, citons La Fille du régiment à l'Opéra Royal de Wallonie-Liège, Cendrillon de Massenet dans le rôle de Dorothée au Festival de Glyndebourne et de Madame de la Haltière à l'Opéra de Limoges, Jenůfa dans le rôle de Barena à l'Opéra national de Paris, Le Barbier de Séville à Bordeaux et à l'Opéra de Rouen, I Puritani en version de concert à l'Opéra de Marseille, La Traviata à l'Opéra national de Bordeaux…

 

Antonio Figueroa Ténor – Victorin / Gaston

 

Originaire de Montréal, Antonio Figueroa est diplômé de l'Université de cette même ville et débute sa carrière en entrant à l'Atelier lyrique de l'Opéra de Montréal. Il reçoit le soutien financier de la Fondation Jacqueline Desmarais pour jeunes chanteurs d'opéra canadiens ainsi que du Conseil des Arts du Canada. Plusieurs fois récompensé, il est notamment remarqué par l'International Vocal Art Institute qui lui décerne le Silverman Price pour son interprétation de Belmonte (L'Enlèvement au Sérail).

Après ses débuts dans Le Tour d'écrou et Il mondo della Luna, il chante dans plusieurs productions d'opéra telles que Il Tabbaro, La Traviata ou L'Étoile de Chabrier à l'Opéra de Montréal. On lui confie également des rôles de premiers plans comme Ferrando (Così fan tutte), Almaviva (Le Barbier de Séville) ou Gontran (Une éducation manquée d'Emmanuel Chabrier).

Ses débuts très remarqués dans le rôle de Nadir (Les Pêcheurs de perles) à l'Opéra d'Avignon lui ouvrent les portes de l'Europe. Il est dès lors invité à incarner Lorenzo dans Fra Diavolo d'Auber à l'Opéra-Comique et à Liège, Fenton (Falstaff) à Lausanne ainsi que Laërte (Hamlet), Nemorino (L'Elixir d'amour), Tebaldo (I Capuleti e i Montecchi), Almaviva (Le Barbier de Séville) dans divers théâtres français.

Il développe sa carrière outre-Atlantique en participant aux productions de Così fan tutte (Ferrando) au Pacific Opera, I Pagliacci (Beppe) à Québec et Ottawa, La Flûte enchantée (Tamino) à Ottawa, Les Pêcheurs de perles à Montréal…

Très apprécié dans le répertoire baroque et la musique sacrée, Antonio Figueroa chante des œuvres telles que Le Messie de Haendel, le Requiem de Mozart, le Magnificat et la Johannes-Passion de Bach. Il a par ailleurs eu l'occasion de se produire en concert avec différents orchestres canadiens, dont l'Orchestre Symphonique de Montréal (dans L'Or du Rhin ou Norma, sous la direction de Kent Nagano) et Les Violons du Roy.

Récemment, sa collaboration avec Peter Brook dans Une Flûte enchantée (Tamino) lui offre l'opportunité de se produire dans les plus grandes villes du monde (Paris, Rome, Milan, Madrid, Bruxelles, Genève, Québec, New York…). On a pu l'applaudir dans les productions de Faust (rôle-titre) et The Tempest de Thomas Adès à Québec, Falstaff à Lausanne, Québec et Montréal, Mitridate, re di Ponto et Don Pasquale à Bienne, Così fan tutte et Les Femmes vengées de Philidor à Washington, New York et Versailles, Lakmé (Gérald) à Santiago du Chili, Armide de Lully sous la direction de Christophe Rousset à Paris et Vienne, Le Barbier de Séville au Pacific Opera Victoria et à l'Opéra de Québec, La Flûte enchantée (Tamino) à Hawaï, Les Mousquetaires au couvent de Louis Varney à Avignon, La Belle Hélène et Castor et Pollux au Théâtre du Capitole de Toulouse, Le Paradis perdu de Théodore Dubois avec La Grande Écurie et La Chambre du Roy dirigé par Jean-Claude Malgoire… Il a de plus enregistré Prima Donna de Rufus Wainwright avec le BBC Symphony Orchestra (CD Deutsche Grammophon) et interprété cette œuvre en concert à Athènes, Lisbonne, Hong-Kong, Avignon, au Festival de Jazz de Montréal, à la Philharmonie de Paris…

 

François Almazura Ténor – Comte Albert


Francois Almuzara débute en 2011 le chant dans sa ville natale de Toulouse, où il intègre le Conservatoire et obtient son Prix de chant en 2015. Durant ses années d'études Conservatoire il suit l'enseignement vocal de Jane Berbié et monte parallèlement son répertoire avec le pianiste Jean-Louis Duquesne .

Il fait ses débuts au Capitole de Toulouse en interprétant le rôle La Théière dans l'opéra L'Enfant et les sortilèges de Maurice Ravel dirigé par Christophe Larrieu.

De 2015 à 2017 il poursuit ses études au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon. Il perfectionne sa technique vocale avec son professeur Didier Laclau-Barrère. Il obtient en avril 2017 le Deuxième Prix à l'unanimité au Concours International de la Ville de Béziers.

Après l'obtention de sa Licence au Conservatoire National Supérieur de Lyon, il intègre en septembre 2017 l'Opéra Studio de l'Opéra national du Rhin où il interprétera dans Les Noces de Figaro (Mozart) le rôle de Don Curzio dirigé par Patrick Davin.

Il a également interprété le rôle de Roméo dans Roméo et Juliette (Gounod) à l'Opéra de Stuttgart et l'Opéra de Strasbourg dirigé par Vincent Monteil, et s'est produit dans le rôle du jeune homme dans Le Pavillon d'Or (Mayuzumi) dirigé par Paul Daniel à l'Opéra national du Rhin.