Actualités

Wolfgang Rihm, un romantique de notre temps

 

 

Wolfgang Rihm est né à Karlsruhe le 13 mars 1952. Très tôt passionné de musique, il commence à composer dès son plus jeune âge. Dans le sillage de l'École de Darmstadt, il suit les cours de Stockhausen avant de se lancer lui-même dans l'enseignement. De 1984 à 1989, il est également coéditeur du journal musical Melos et conseiller musical au Deutsche Oper de Berlin.

Parallèlement à toutes ces activités, Rihm mène une très prolifique carrière de compositeur – aujourd'hui, son catalogue compte presque quatre cents numéros d'opus, avec une place toute particulière accordée à la voix humaine. C'est d'ailleurs grâce à un ouvrage lyrique que Rihm connaît la reconnaissance du public grâce, Jacob Lenz (1978), opéra de chambre d'après Büchner. En 1983, il reçoit le Prix Liebermann pour Hamletmachine, fruit d'une collaboration avec Heiner Müller. Il rédige ensuite lui-même le livret de ses autres opéras : Œdipus (1987) d'après Sophocle, Hölderlin, Nietzsche et Müller, Die Eroberung von Mexico (1991) d'après Artaud et Dionysos Eine Opernphantasie (2009-2010) d'après Nietzsche. On lui doit aussi le monodrame Proserpina (2008) et les opéras Das Gehege (2006) et Drei Frauen (2009).

Il a également composé beaucoup d'œuvres de musique sacrée, dont de superbes pages pour chœur a cappella et, depuis 1967, le Lied occupe une place prépondérante dans sa création. S'inspirant de poètes extrêmement divers, Hölderling, Novalis, Stephan George, Trakl, Rilke ou encore Paul Celan, avec quelques incursions dans la littérature grecque antique (Eschyle, Pindare...), Rihm aime à créer de grandes arches entre le passé et le présent, préférant chercher dans une certaine tradition le socle d'une inspiration où la sensibilité, l'humanité, l'émotion, restent toujours la donnée première. Contrairement à tant de ses contemporains, Rihm parle au plus profond du cœur des hommes, et sa musique est une musique de l'âme. Ses Lieder s'inscrivent donc tout naturellement dans le sillage de ces grands aînés que sont Schubert, Schumann, Wolf et autres Richard Strauss.

C'est précisément pour le grand baryton allemand Christian Gerhaher que Wolfgang Rihm a composé cette année même (2018) ses Torquato Gendanken, d'après le Torquato Tasso de Goethe, cycle qui sera créé à Weimar le 23 novembre prochain et donné en première française au Théâtre du Capitole lors du récital de Christian Gerhaher et Gerold Huber le 30 novembre à 20h.