Actualités

Disparition de Nicolas Joel

Directeur artistique du Théâtre du Capitole de 1990 à 2009

 

Grand homme de scène, érudit et passionné, Nicolas Joel est l'une des figures marquantes de la vie lyrique des dernières décennies. De grands chanteurs d'aujourd'hui lui doivent leurs premiers triomphes. Il a marqué à la fois le Théâtre du Capitole et l'Opéra national de Paris. Nous poursuivrons son combat pour le glorieux artisanat du théâtre, la passion et le respect des oeuvres et des créateurs, le goût forcené de la beauté.

Christophe Ghristi - Directeur artistique du Théâtre du Capitole

 

C'est avec beaucoup de tristesse que les équipes du Théâtre du Capitole viennent d'apprendre le décès de leur ancien directeur artistique : Nicolas Joel.

Né à Paris en 1953, Nicolas Joel commence sa carrière à l'opéra dès 1973, date à laquelle il est engagé comme assistant metteur en scène à l'Opéra national du Rhin (Strasbourg). Il y travaille aux côtés de Jean- Pierre Ponnelle, qui le marque durablement. Il devient ensuite l'assistant de Patrice Chéreau pour le Ring du centenaire à Bayreuth. Sa carrière de metteur en scène explose au début des années 1980 : de Vienne à New York en passant par San Francisco, Chicago, Londres, Zurich, Milan, Madrid, Buenos Aires, il met en scène les plus grands artistes : Luciano Pavarotti, Plácido Domingo, Shirley Verrett, José Van Dam...

En 1990, il devient directeur artistique du Théâtre du Capitole, faisant de Toulouse l'un des grands centres lyriques internationaux. Durant presque vingt ans (1990-2009), il invitera en effet à Toulouse les plus grands noms du chant, de la direction d'orchestre et de la mise en scène, donnant leurs premiers grands rôles à de jeunes stars alors inconnues
du grand public : Roberto Alagna, Marcello Alvarez, Leontina Vaduva, Inva Mula, Sophie Koch, Ludovic Tézier, Ricarda Merbeth, Karine Deshayes, Anne-Catherine Gillet... Très attaché à l'artisanat du spectacle, il fait régulièrement appel à des décorateurs, scénographes et costumiers aussi prestigieux qu'Hubert Monloup, Ezio Frigerio, Franca Squarciapino, Vinicio Cheli, Pet Halmen... Il donne aussi une nouvelle impulsion au Ballet du Capitole en nommant Nanette Glushak, proche de George Balanchine, à sa direction. C'est lui qui lancera à la fin des années 1990 les campagnes de travaux qui permettront au Théâtre du Capitole de bénéficier des dernières innovations techniques et de retrouver un somptueux écrin (Antoine Fontaine/Richard Peduzzi) à l'acoustique exceptionnelle.

Victime d'un accident vasculaire cérébral en 2008, il prend toutefois les rênes de l'Opéra national de Paris l'année suivante, y nommant comme directeur musical Philippe Jordan. S'appuyant sur un socle d'oeuvres populaires, il fait entrer au répertoire de la « grande boutique » des ouvrages longtemps délaissés par ses prédécesseurs, du vérisme italien (Francesca da Rimini de Zandonai par exemple) à Mathis der Maler de Paul Hindemith, et proposant un nouveau Ring (une somme jamais redonnée dans son intégralité depuis 1957 sur la scène de l'Opéra de Paris) avec le tandem Jordan-Krämer.

Depuis 2014, il se consacrait de nouveau à sa passion première : la mise en scène, reprenant de par le monde ses plus grands succès (Samson et Dalila, La Rondine, Werther, Aida, Faust, La Walkyrie, etc.). Avec lui, s'éteint l'un des derniers monstres sacrés du monde lyrique. Nos pensées vont à sa famille, ses proches et tous ceux qui auront eu la chance de pouvoir travailler à ses côtés.

 

Nicolas Joel