Actualités

Jenůfa

Gloire à la troupe !

 

Ces dernières années, le Théâtre du Capitole a bâti une magnifique troupe de chanteurs, un ensemble qui n’a pas d’existence officielle mais que les observateurs ont bien repéré. Aujourd’hui, c’est cet ensemble qui nous sauve. Après la défection d’Angela Denoke deux semaines avant le début des répétitions, Catherine Hunold a accepté d’apprendre le rôle en quelques jours, ce qui est un défi et un exploit, vu son ampleur et la langue tchèque. Il en avait été de même quelques jours plus tôt pour Cécile Galois. Je suis heureux qu’une belle troupe de chanteurs français s’empare d’un chef-d’œuvre tchèque, dépassant les barrières de la spécialisation !

Christophe Ghristi

 

Catherine Hunold est l’une des plus éminentes représentantes du chant français de notre temps. Formée auprès de Mady Mesplé, Margaret Price et Christa Ludwig, elle est lauréate de plusieurs concours internationaux et se fait remarquer lors du concours « Wagner Voices » en 2006. Et elle s’impose en effet comme notre grande wagnérienne française : elle fait ses débuts dans Isolde au Théâtre national de Prague. Puis viennent Brünnhilde dans La Walkyrie (Bari, Rennes et dans une adaptation du Ring à l’Amphithéâtre de l’Opéra national de Paris), Ortrud dans Lohengrin (Rennes, Séoul, Saint-Etienne, Angers, Nantes, Kundry dans Parsifal (Palerme), ou encore Senta dans Le Vaisseau Fantôme à l’Opéra de Massy.

Mais elle brille également dans des ouvrages célèbres ou plus rares du répertoire romantique français : Berlioz, avec Marguerite dans La Damnation de Faust en concert et Agnès dans La Nonne Sanglante (Festival de Radio-France et Montpellier); Brunehilde dans Sigurd de Reyer (Nancy), le rôle-titre de Françoise de Rimini d’Ambroise Thomas (Metz), Anahita dans Le Mage de Massenet et Floria dans Les Barbares de Saint-Saëns (Saint-Étienne). Elle incarne Madame Lidoine dans Dialogues des Carmélites (Toulouse, Angers, Nantes et Avignon), le rôle-titre de Bérénice de Magnard (Tours) et l'Ariane de Dukas à Nancy.

Familière du Théâtre du Capitole, le public toulousain a pu l’admirer, lors des saisons précédentes, dans La Primadonna et Ariadne d’Ariadne auf Naxos de Strauss, le rôle-titre de Pénélope de Fauré et Leonora dans la version concert de La Forza del destino de Verdi. Elle revient en avril pour une prise de rôle de dernière minute : la Sacristine dans Jenůfa.

Pour en savoir plus sur Jenůfa, cliquez ici

© Cyril Cosson