Liens d'évitement



Béatrice et Bénédict
 /

Opéra


Béatrice et Bénédict

Hector Berlioz (1803-1869)
Le génie de Berlioz, la verve de Shakespeare
Théâtre du Capitole| Durée : 1h50

vendredi 30 septembre 2016 à 20h00

dimanche 2 octobre 2016 à 15h00

mardi 4 octobre 2016 à 20h00

vendredi 7 octobre 2016 à 20h00

Audiodescription dimanche 9 octobre 2016 à 15h00

Audiodescription mardi 11 octobre 2016 à 20h00


Opéra-comique en deux actes sur un livret du compositeur
d’après Beaucoup de bruit pour rien de William Shakespeare
créé le 9 août 1862 au Théâtre Bénazet, Baden-Baden

Nouvelle coproduction
avec le Théâtre royal de la Monnaie de Bruxelles

Tito Ceccherini direction musicale
Richard Brunel mise en scène
Catherine Ailloud-Nicolas dramaturgie
Anouk Dell’Aiera décors
Claire Risterucci costumes
Laurent Castaingt lumières

Julie Boulianne Béatrice
Joel Prieto Bénédict
Lauren Snouffer Héro
Gaia Petrone Ursule
Aimery Lefèvre Claudio
Bruno Praticò Somarone
Thomas Dear Don Pedro
Pierre Barrat Léonato
Sébastien Dutrieux Don Juan


Orchestre national du Capitole

Chœur du Capitole
Alfonso Caiani Direction


À propos de l’œuvre

Pour son dernier opéra, Berlioz revient une fois encore à Shakespeare, l’une de ses plus fécondes sources d’inspiration, et concrétise un projet auquel il songeait déjà dans les années 1830 : mettre en musique Beaucoup de bruit pour rien du dramaturge élisabéthain. Pour cette comédie légère et profonde à la fois, où il est question de mariage et, plus largement, des rapports entre les hommes et les femmes dans la société, Berlioz retrouve la verve de ses jeunes années, et renoue avec la vivacité et les couleurs de Benvenuto Cellini. Nullement assagi, le vieux maître s’amuse des codes de l’opéra et respecte la très classique alternance entre airs et scènes parlées, se délectant de faire du neuf dans un cadre si canonique. Avec son lot de nostalgie et son regard amusé sur un genre en pleine mutation, cette comédie pleine de vie et d’humour mêle le sérieux et la légèreté avec une virtuosité rarement égalée dans ce domaine.
Richard Brunel, dont on se rappelle la mise en scène d’Albert Herring de Britten ici même, revient au Capitole pour signer ce nouveau spectacle coproduit avec le Théâtre royal de la Monnaie de Bruxelles.


En savoir plus




Spectacle en langue française surtitré en français


Audiodescription pour les personnes déficientes visuelles
dimanche 9 octobre à 15h
mardi 11 octobre à 20h










Conférence
Charlotte Ginot-Slacik : « Une rêverie shakespearienne »
Théâtre du Capitole, Grand foyer, 29 septembre à 18h

Parlons-en rencontres d’avant spectacle
Théâtre du Capitole, Grand foyer, 30 septembre, 4, 7 et 11 octobre à 19h





Pot-pourri (1897) Herbert James Draper (1864-1920) - Collection privée - photo © The Maas Gallery, Londres - © Bridgeman Images


Informations