Liens d'évitement



Doña Francisquita
 /

Opéra


Doña Francisquita

Amadeo Vives (1871-1932)
Jeux de séduction et autres marivaudages pour une zarzuela endiablée
Théâtre du Capitole| Durée : 2h50

Audiodescription dimanche 21 décembre 2014 à 15h00

mardi 23 décembre 2014 à 20h00

jeudi 25 décembre 2014 à 15h00

vendredi 26 décembre 2014 à 20h00

dimanche 28 décembre 2014 à 15h00

Audiodescription mardi 30 décembre 2014 à 20h00

mercredi 31 décembre 2014 à 20h00


Comédie lyrique en trois actes
sur un livret de Federico Romero Sarachaga et Guillermo Fernández Shaw
inspiré de la comédie La Discreta Enamorada de Lope de Vega
créée le 17 octobre 1923 au Teatro Apolo, Madrid

Production du Théâtre du Capitole (2007)

Josep Caballé Domenech direction musicale
Emilio Sagi mise en scène
Ezio Frigerio décors
Franca Squarciapino costumes
Eduardo Bravo lumières
Goyo Montero chorégraphie

Elisandra Melián Doña Francisquita
Clara Mouriz Aurora, “la Beltrana”
Joel Prieto Fernando Soler (pour les représentations des 21, 23, 26, 28 et 31 décembre 2014)
Miguel Ángel Lobato Fernando Soler (pour les représentations des 25 et 30 décembre 2014)
Jesús Álvarez Cardona
Pilar Vázquez Doña Francisca
Leonardo Estévez Don Matías
César San Martín Lorenzo Pérez
Marga Cloquell Irene
Pablo García López El Lañador / El Sereno


Choeur du Capitole
Alfonso Caiani direction

Orchestre national du Capitole




Spectacle en langue espagnole surtitré en français


Amplification pour les personnes malentendantes

Audiodescription pour les personnes déficientes visuelles
21 décembre à 15h, 30 décembre à 20h










Doña Francisquita est l’un des chefs-d’oeuvre de l’opérette espagnole – pour être précis, de la zarzuela, qui est un peu l’équivalent de l’opérette ou de l’opéra comique de ce côté-là des Pyrénées. Vives y fait une peinture de moeurs piquante, où hommes et femmes se retrouvent à parité dans la rouerie et la manipulation par les sentiments. L’intemporalité de ces caprices amoureux a rarement été traitée avec autant de verve – sinon chez Offenbach, sans doute. Inspiré d’une comédie de Lope de Vega, ce véritable vaudeville nous revient dans la mise en scène de l’un des meilleurs spécialistes du genre, Emilio Sagi, qui fut longtemps directeur du Théâtre de la Zarzuela à Madrid.



Conférence
Le lyrisme au féminin
Isabelle Porto San Martin, musicologue
Théâtre du Capitole, Grand foyer, 20 décembre à 17h


Maria la guapa, 1914, Sorolla y Bastida, Joaquin (1863-1923)
Museo Sorolla, Madrid, Espagne - The Bridgeman Art Library