Liens d'évitement



11 juillet 2014
Concours international de chant de Toulouse



Le 6 septembre prochain, le Concours international de chant de Toulouse connaîtra son 50e palmarès. 141 candidats de 31 nationalités différentes vont concourir devant un jury présidé par la célèbre mezzo-soprano Teresa Berganza.

En 2014, nous célébrons la 50e édition, mais le concours a un peu plus de cinquante ans, car depuis 1996 le concours se tient tous les deux ans. L’idée d’un concours de chant a germé dans l’esprit des édiles dès le début des années 50, alors que la Ville rose tentait de relancer son activité musicale mise à mal par les années de guerre. La tradition lyrique de la ville y invitait d’ailleurs tout naturellement, Toulouse ayant toujours aimé la voix. Que l’on songe simplement aux troubadours, aux Jeux floraux, ou à ces grands noms de l’opéra (le ténor Victor Capoul, la basse Pedro Gailhard - pour ne rien dire de la famille Nougaro) qui ont porté haut le nom de la ville.

Dans l’équipe des pionniers de cette aventure, une figure majeure se distingue : Raymond Badiou, alors Maire de Toulouse, qui avait compris tout le potentiel d’un tel événement culturel pour la ville. Il fut le fer de lance de ce projet audacieux, que l’échec d’un récent festival de musique rendait pourtant presque utopique. L’histoire lui aura finalement donné raison : depuis la première édition, du 17 au 23 mai 1954, le concours est l’un des moments forts de l’activité musicale de Toulouse. Notons aussi, parmi tant d’autres, le rôle inestimable d’Auguste Rivière, qui consacra quelque quarante années de sa vie à l’Orchestre et au Théâtre du Capitole. Sa ténacité et son talent firent beaucoup pour améliorer encore la qualité du concours et son rayonnement international.

Le public, toujours aussi fervent et passionné, a laissé quelques beaux souvenirs d’empoignades, n’hésitant pas à manifester haut et fort sa désapprobation au point, parfois, d’organiser, en parallèle, une « contre-finale » – ce qui donnera naissance au Prix du public, rétabli depuis l’édition de 2012. Ainsi malmenés parfois, les jurys ont toujours pourtant été constitués des meilleurs professionnels du monde lyrique : deux Grands prix de Rome pour la première édition (Henri Büsser et Aymé Kunc), des chanteurs tels que Germaine Lubin, Ninon Vallin, Martha Mödl, Giuseppe di Stefano ou Mady Mesplé, et des directeurs d’institutions aussi prestigieuses que l’Opéra de Paris (Rolf Liebermann), l’Opéra de Vienne (Ioan Holender) ou le Festival de Bayreuth (Eva Wagner). Mais bien entendu, ce sont avant tout les lauréats qui, par leurs carrières, font la renommée d’un concours. Rappelons pour mémoire que celui de Toulouse a vu passer quelques-uns des plus grands noms de l’art lyrique : Françoise Ogéas, Rémy Corazza, José Van Dam, Viorica Cortez et Dmitri Hvorostovsky.



Le jury

Teresa Berganza, Artiste lyrique, Présidente du Jury
Frédéric Chambert, Directeur artistique du Théâtre du Capitole
Raymond Duffaut, Directeur général des Chorégies d’Orange, Président du Centre Français de Promotion Lyrique, Conseiller artistique de l’Opéra Grand Avignon
Peter Mario Katona, Directeur du casting du Royal Opera House, Covent Garden de Londres
Alain Lanceron, Président de Warner Classics & Erato, Président du Centre National d’Insertion Professionnelle des Artistes Lyriques (CNIPAL)
Sophie de Lint, Directrice de l’administration artistique de l’Opéra de Zurich
Joan Matabosch, Directeur artistique du Teatro Real de Madrid
Andrés Rodríguez Pérez, Directeur général de l’Opéra de Santiago du Chili
Lenore Rosenberg, Administratrice artistique associée du Metropolitan Opera de New York
Peter Theiler, Directeur général du Staatstheater de Nuremberg



Les candidats

141 admis : 76 femmes et 65 hommes

Catégories de voix
Soprano : 57
Mezzo-soprano : 19
Contre-ténor : 1
Ténor : 24
Baryton : 25
Basse : 15
Nations représentées : 31 (8 candidats ont une double nationalité)



La direction musicale
(épreuve finale)

David Syrus est responsable des études musicales au Covent Garden de Londres où il travaille depuis 1971. Il y a dirigé des opéras de Mozart (Les Noces de Figaro, Don Giovanni, Cosi fan tutte , La Clémence de Titus, La Flûte enchantée), Beethoven (Fidelio), Wagner (Le Vaisseau fantôme), Donizetti (Don Pasquale), Verdi (La Traviata, Falstaff), Janacek (Jenufa, Katya Kabanova), Strauss (Salomé, Elektra, Ariane à Naxos), Bizet (Carmen), Smetana (La Fiancée vendue), Britten (Le Tour d’écrou) et Tippett (The Midsummer Marriage). Il dirige Eine florentinische Tragödie de Zemlinsky au Festival de Spoleto en 2003 ainsi que de nombreux concerts en Europe et au Japon avec la mezzosoprano Vesselina Kasarova. En 2009, il dirige une nouvelle production de La Cenerentola à l’Opéra de Tokyo. Au Crested Butte Music Festival dans le Colorado, il dirige Les Noces de Figaro, La Bohème, Carmen, La Flûte enchantée et L’Elixir d’amour. En 2013, il dirige une nouvelle production d’Owen Wingrave à Strasbourg, la finale de la Guildhall Gold Medal et le Gala Jette Parker (Covent Garden) à Londres, ainsi que la première chilienne de Billy Bud à Santiago du Chili. En 2014, il dirige Les Noces de Figaro au Covent Garden, Owen Wingrave à Besançon. À l’opéra, il dirige également Les Pêcheurs de perles, La Walkyrie, Faisons un opéra ! de Britten, Amahl and the Night Visitors de Menotti ainsi que les premières anglaises d’oeuvres de Menotti et de Henze.



Épreuves publiques

DEMI-FINALE
avec piano
Jeudi 4 septembre à 19h
Théâtre du Capitole
Entrée libre

FINALE
avec l’Orchestre national du Capitole
Direction musicale : David Syrus
Samedi 6 septembre à 20h
Théâtre du Capitole
Tarifs : de 6,50 € à 40 €

Réservations pour la Finale
05.61.63.13.13

Informations

NOTA BENE les horaires pour
Le Prophète,

au Théâtre du Capitole
les vendredi 23, mardi 27 et vendredi 30 juin à 19h30

les dimanches 25 juin et 2 juillet 2017 à 15h00