Liens d'évitement



Théâtre du Capitole

Christian Bérard




Après des études à Janson de Sailly, Christian Bérard entre, en 1920, à l’Académie Ranson où il est l’étudiant d’Edouard Vuillard et de Maurice Denis. Quatre ans plus tard, il intègre l’Académie Julian. En 1925, il présente sa première exposition parisienne à la Galerie Pierre et se lie d’amitié avec Jean Cocteau, qui le surnomme « bébé ». Dès 1930, il crée pour ce dernier les décors et les costumes de La Voix humaine à la Comédie-Française. Il conçoit également les décors et les costumes de trois films de Cocteau : La Belle et la Bête (1946), L’Aigle à deux têtes (1947) et Les Parents terribles (1948).
C’est à cette époque qu’il fait la connaissance du secrétaire de Serge Diaghilev, le Russe Boris Kochno, qui deviendra son compagnon. Diaghilev, le fondateur et l’imprésario des Ballets russes est mort en 1929 et ses proches tentent de poursuivre son oeuvre. C’est dans ces circonstances que Kochno commande à Bérard les décors et les costumes de Cotillon, ballet de Balanchine pour Les Ballets russes de Monte-Carlo (1932).
Puis, viennent Mozartiana de Balanchine pour Les Ballets 1933, La Symphonie fantastique de Léonide Massine pour Les Ballets russes du Colonel de Basil (1936), Les Forains de Roland Petit pour Les Ballets des Champs-Élysées (1945), La Sylphide de Victor Gsovski (1946), La Rencontre ou OEdipe et le Sphinx de David Lichine (1948)… Louis Jouvet fait appel à lui pour La Machine infernale de Jean Cocteau à la Comédie des Champs-Élysées (1934), L’École des femmes de Molière au Théâtre de l’Athénée (1936), L’Illusion comique de Corneille à la Comédie-Française (1937), Dom Juan de Molière à l’Athénée (1947)… Puis ce sera Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand (Comédie-Française, 1938), Les Monstres sacrés (1940) et Renaud et Armide de Jean Cocteau (Comédie-Française, 1943), La Guerre de Troie n’aura pas lieu (L’Athénée, 1942), Sodome et Gomorrhe (Théâtre Hébertot, 1943), La Folle de Chaillot de Jean Giraudoux (Théâtre de l’Athénée, 1945), Les Bonnes de Jean Genet (L’Athénée, 1947), Amphitryon de Molière pour la Compagnie Renaud-Barrault (Théâtre Marigny, 1947), Le Partage de midi de Paul Claudel (1948), Les Fourberies de Scapin (1949)…
Ses illustrations de mode pour des magazines tels que Vogue et Harper’s Bazaar sont restées célèbres. Il a inspiré certaines créations de Christian Dior et d’Elsa Schiaparelli et a conçu des robes pour Lanvin et Bonwit Teller aux États-Unis, dessiné des tissus et des foulards pour Ascher à Londres. En outre, de grands noms de la décoration d’intérieur tels Emilio Terry, Jean-Michel Frank ou Victor Grandpierre, ont fait appel à lui.
Il est décédé tragiquement, en 1949, sur la scène du Théâtre Marigny, lors de la mise en place du décor des Fourberies de Scapin.

Informations