Liens d'évitement



Paquita (Grand Pas) / L'Oiseau de feu

Ballet du Capitole

RÉSERVER EN LIGNE
 /

Ballet du Capitole


Paquita (Grand Pas) / L’Oiseau de feu

Béjart l'intemporel : entre feux et flammes
Halle aux Grains| Durée : 1h15

mercredi 8 juin 2016 à 20h00

jeudi 9 juin 2016 à 20h00

vendredi 10 juin 2016 à 20h00

samedi 11 juin 2016 à 20h00

dimanche 12 juin 2016 à 15h00


Paquita Grand Pas

Création de la version d’Oleg Vinogradov par le Ballet du Kirov le 29 juin 1978 au Théâtre Kirov de Léningrad

Entrée au répertoire du Ballet du Capitole le 10 avril 2014

Ludwig Minkus musique
Oleg Vinogradov chorégraphie, d’après Marius Petipa
Joop Stokvis décors et costumes
Oleg Vinogradov lumières, réalisées par Patrick Méeüs


L’Oiseau de feu

Création par Michaël Denard, Jean-Pierre Franchetti et le Ballet de l’Opéra de Paris le 31 octobre 1970 au Palais des Sports de Paris

Entrée au répertoire

Igor Stravinski musique
Maurice Béjart chorégraphie
Joëlle Roustan et Roger Bernard décors et costumes
Roger Bernard lumières, réalisées par Patrick Méeüs


Ballet du Capitole


À propos du programme

Pierre de touche du répertoire académique des plus grandes compagnies, le Grand Pas de Paquita se divise en entrée, adage, variations et coda, se conformant ainsi aux canons du ballet. Conçu pour valoriser la virtuosité des interprètes, ce Grand Pas s’égrène en de savantes broderies sur une partition de Ludwig Minkus, composée spécialement pour ce divertissement, véritable feu d’artifice de technique. Pour rendre hommage à Maurice Béjart (1927-2007), l’un des plus grands chorégraphes français du XXe siècle, le Ballet du Capitole met à son répertoire une de ses œuvres mythiques : L’Oiseau de feu. Sur la Suite pour orchestre que Stravinski a tiré de son célèbre ballet, l’iconoclaste Maurice Béjart choisit d’actualiser le conte russe, en faisant de l’Oiseau un meneur de lutte révolutionnaire du XXe siècle. D’un groupe de jeunes « partisans » surgit une lumière éclatante, l’Oiseau de feu qui embrase. Le ballet fait l’éloge de la rage de vivre et de la force de la jeunesse qui donnent le désir de s’engager. Pour Maurice Béjart, le Poète comme le Révolutionnaire sont des Oiseaux de feu. Une ode à la vie, tel un phénix qui renaît de ses cendres.















Danse à la Cinémathèque
Après Béjart, le cœur et le courage d’Arantxa Aguirres
Cinémathèque de Toulouse, 31 mai à 19h

Rencontre
Avec Gil Roman, directeur du Béjart Ballet Lausanne, et Kader Belarbi
Animée par Florence Poudru, historienne de la danse
Théâtre du Capitole, Grand foyer, 2 juin à 18h

Cours de danse ouvert au public
Halle aux grains, 4 juin à 12h15
Inscription en ligne ou par correspondance auprès du service culturel

Carnets de danse
Théâtre du Capitole, Grand foyer, 4 juin à 18h


Béjart Ballet Lausanne dans L’Oiseau de feu, Teatro Regio, Turin. Photographie Edoardo Pavi ©