Liens d'évitement



Théâtre du Capitole

Présentation

CYCLE PRÉSENCES VOCALES


D’un animal de compagnie, mais aussi d’un très jeune enfant on dira volontiers : « il ne lui manque que la parole… ». On peut se demander si une telle pensée ne pourrait pas s’appliquer aussi à la musique, tant les compositeurs, ceux d’hier comme ceux d’aujourd’hui, perpétuent avec une vigueur sans défaut un questionnement brûlant sur le « dire » en musique, et sur les visions de l’humanité, comme celles du cosmos, dans lesquelles il nous projette.
C’est cette parole gravée à même le son qui est au cœur de la cinquième saison du cycle Présences vocales, et dont nous pourrons éprouver la puissance évocatrice. Aux échos du Mexique précolombien dans l’étonnant Concerto de Thierry Pécou qui fera dialoguer le piano d’Alexandre Tharaud avec le Chœur de chambre les éléments, répondront les évocations vertigineuses de l’Apocalypse de Jean de Pierre Henry. Le madrigalisme italien, qui entendait substituer aux épures de la polyphonie franco-flamande la psychologie de l’affetto cher à Monteverdi se verra prolongé avec l’ensemble Exaudi par les répliques qu’il continue de susciter dans la musique d’aujourd’hui. La frontière souvent incertaine entre le parlé et le chanté, qui est à la source du toujours très actuel Pierrot Lunaire op. 21 d’Arnold Schönberg qu’interprétera l’ensemble l’Instant Donné est aussi la ligne d’équilibre autour de laquelle oscille l’œuvre du compositeur-performeur américain Robert Ashley, si rarement joué en France. Quant à Philip Glass, il remodèle entièrement le matériau vocal du film culte de Cocteau : La Belle et la Bête, dont il ne conserve que l’image, sur le mouvement des lèvres des acteurs. C’est enfin avec une impatience difficile à contenir que nous attendrons la création de l’opéra qu’a commandé le Théâtre du Capitole à Philippe Hurel : Les Pigeons d’argile, sur un livret de Tanguy Viel, avant qu’un jeune ensemble helvétique ne vienne nous dresser un portrait survitaminé du théâtre musical, clôturant avec l’incroyable A-Ronne de Luciano Berio une saison qui décidément ne nous aura laissé aucun répit !



Présences vocales #1
Le Visage-Le Cœur Thierry Pécou, Gérard Pesson, Pascal Dusapin, Francis Poulenc
Odyssud (Blagnac), 14 octobre à 20h30

Présences vocales #2
Apocalypse de Jean Pierre Henry
Théâtre du Capitole, 6 novembre à 20h

Présences vocales #3
Three Works Robert Ashley
Théâtre Garonne, 22 novembre à 20h

Présences vocales #4
Mirror / Shadows Salvatore Sciarrino, Johannes Schöllhorn, Carlo Gesualdo, Michael Finnissy
Théâtre Garonne, 14 janvier à 20h

Présences vocales #5
La Belle et la Bête Philip Glass
Odyssud (Blagnac), 21 et 22 janvier à 20h30

Présences vocales #6
Pierrot lunaire Arnold Schönberg, Johannes Schöllhorn
Théâtre Garonne, 18 février à 20h

Présences vocales #7
Les Pigeons d’argile Philippe Hurel
Théâtre du Capitole, du 15 au 22 avril

Présences vocales #8
Mauricio, John, Dieter, Luciano et les autres Mauricio Kagel, John Cage, Dieter Schnebel, Luciano Berio, Jean-Pierre Drouet
Théâtre Garonne atelier 1, 22 mai à 20h

Informations