Liens d'évitement



Napoli, La Fille mal gardée

Ballet du Capitole

RÉSERVER EN LIGNE
 /

Ballet du Capitole


Napoli, La Fille mal gardée

Casino-Théâtre Barrière| Durée : 2h15

jeudi 28 mars 2013 à 20h00

vendredi 29 mars 2013 à 20h00

samedi 30 mars 2013 à 15h00

samedi 30 mars 2013 à 20h00

dimanche 31 mars 2013 à 15h00


NAPOLI (extraits de l’acte III)

Ballet en trois actes créé par le Ballet royal du Danemark au Théâtre royal de Copenhague le 29 mars 1842

Entrée au répertoire


Edvard Helsted, Holger Simon Paulli Musique
Auguste Bournonville Chorégraphie, réalisée par Dinna Bjørn
Jean-Claude Asquié Lumières


LA FILLE MAL GARDÉE
ou Il n’y a qu’un pas du mal au bien

Ballet-pantomime champêtre en deux actes et trois tableaux
Version de Jean Dauberval créée par le Ballet du Grand-Théâtre de Bordeaux, au Grand-Théâtre de Bordeaux le 1er juillet 1789
Première de la version d’Ivo Cramér par le Ballet de Nantes au Théâtre Graslin de Nantes en juillet 1989

Entrée au répertoire


Musique d’après la partition anonyme de 1789
Ivo Cramér Chorégraphie, d’après Jean Dauberval
Dominique Delouche Décors et costumes
Jean-Claude Asquié Lumières

Ballet du Capitole

Orchestre de chambre de Toulouse
Enrique Carreón-Robledo Direction musicale



Le Ballet du Capitole nous invite à remonter aux sources de la danse classique qui, au XVIII e siècle, prenait le nom de « Belle Danse ». Avec la pantomime, elle est encore présente dans l’un des rares ballets qui nous soit parvenu dans toute son intégrité, La Fille mal gardée, créé quelques jours seulement avant l’embrasement révolutionnaire de 1789.
Ce ballet, scrupuleusement remonté comme à la création par Ivo Cramér, se rattache au genre du « ballet d’action », théorisé par Noverre, et restitue le style, la cocasserie et la fraîcheur originels.
Ce « plat de résistance » sera précédé d’une « mise en bouche » chorégraphique signée Auguste Bournonville, le divertissement du troisième acte de son ballet Napoli. Issu d’une famille française émigrée au Danemark, Bournonville exportera à Copenhague le ballet romantique français, héritage direct du « ballet d’action » du XVIII e siècle. Ce programme s’attache à mettre en lumière la continuité et l’évolution stylistiques de la danse.



Conférence
Écoles et styles
Jean-Paul Gravier, Dinna Bjørn et Kader Belarbi
25 mars à 18h
Théâtre du Capitole, Grand foyer

Danse à la Cinémathèque
La danse baroque et la technique Bournonville montage documentaire réalisé par la Cinémathèque de la danse, Paris
26 mars à 19h
Cinémathèque de Toulouse

Lecture
Les Lettres sur la danse de Jean-Georges Noverre
lues par Gilbert Mayer, Premier danseur et professeur à l’Opéra de Paris, historien et théoricien de la danse
29 mars à 17h
Théâtre du Capitole, Grand foyer


Photo : Dessin de costume de Louis-René Boquet (1717-1814),Bibliothèque-musée de l’Opéra, BnF©


Informations